Coronavirus augmente les paiements par carte de crédit

«En analysant notre facturation par carte de crédit, nous avons identifié divers changements de tendance dans le comportement des consommateurs tout au long de la contingence sanitaire. Bien qu’en mars les achats dans les supermarchés aient augmenté de 27% en glissement annuel, entre avril et mai cette dynamique s’est déplacée vers le commerce électronique et les achats par téléphone ou catalogue. En fait, ces deux derniers articles ont doublé leur croissance au cours de chaque mois consécutif: seul le commerce électronique a progressé de 64% en mars, puis de 110% en avril et de 130% en mai, le tout par rapport aux mêmes mois de l’année précédente “, a expliqué Jorge. Jáuregui, directeur exécutif des cartes de crédit, acquéreur et crédit à la consommation.

En mai, les achats en ligne ont augmenté de 130% par rapport au même mois en 2019, tandis que les achats effectués par téléphone ou catalogue ont augmenté de 60%.

Parmi les achats effectués par les titulaires de carte HSBC, la croissance de 34% des agrégateurs et passerelles se démarque, ce qui permet aux gens de recharger via des appareils associés à un téléphone portable.

La deuxième place était la facturation dans les épiceries et divers (13%), les assureurs (10%) et les pharmacies (5%). La banque a également souligné que la consommation dans les pharmacies s’est modérée en mai par rapport à mars.

Les services de télécommunications, concernant spécifiquement la téléphonie cellulaire et l’Internet mobile, tels que l’achat de temps d’antenne, maintiennent une tendance à la baisse modérée, à un seul chiffre, de mars à mai. Cependant, la facturation des clients de diverses sociétés qui fournissent des services Wi-Fi et du contenu en streaming a enregistré une croissance de plus de deux chiffres jusqu’en mai dernier.

Les moins achetés

La banque a noté qu’en mai il y avait une baisse de plus de 40% des achats effectués dans les grands magasins, des consultations médicales et dentaires; les dépenses de cinéma, de théâtre et de station-service ont chuté de 49%, les paiements des hôtels ont chuté de 79% tandis que les achats auprès des restaurants et des agences de voyages ont chuté respectivement de 87% et 90%.

Le chiffre d’affaires dans les collèges et universités a également diminué de près de 30% par rapport à mai 2019.

Actuellement, la banque se prépare pour qu’une fois le confinement du coronavirus terminé, elle lance des promotions et des alliances commerciales axées sur les gyres ayant le plus grand potentiel de croissance et de récupération.