La CRE applique un licenciement massif dans l’éventualité

L’organisme présidé par Leopoldo Melchi a décidé de se passer des services de près de la moitié de son personnel actuel, en appelant les personnes concernées qui ont été invitées à présenter leur démission aujourd’hui.

Lire: Le déclin des régulateurs d’énergie donne libre cours à Pemex et CFE

«Hier, ils ont parlé aux PDG restants et leur ont envoyé une liste non négociable. Depuis le début de la journée, ils doivent leur parler un par un pour leur faire savoir qu’ils sont absents », a déclaré l’une des sources, qui a parlé sous couvert d’anonymat.

Les travailleurs devraient aller signer leur démission et aller chercher leurs effets personnels à 17h30 aujourd’hui, a indiqué une autre source, demandant à ne pas être identifié.

«Ils m’ont dit que ce sont des« ordres d’en haut ». Je ne sais pas comment interpréter cela. Si c’est par les commissaires ou qu’ils se réfèrent “au-dessus” du Sener ou de la présidence “, a indiqué une autre des sources consultées.

La CRE n’a pas répondu à une demande de commentaire pour cet article.

Ce licenciement représente une baisse à tous les niveaux et dans tous les domaines de la Commission, tant dans les secteurs des hydrocarbures que de l’électricité, a indiqué une autre source qui a demandé l’anonymat.

“Ce n’est que dans la zone des hydrocarbures, qui comprend le pétrole, le gaz propane et le gaz naturel, qu’ils vont tirer 80”, a déclaré l’une des sources. Certaines des personnes concernées avaient des contrats trimestriels qui expirent le 30 juin.

Lire: 1,9 million de Mexicains rejoignent l’informalité en mai

Les licenciements sont en pleine crise sanitaire due au COVID-19 et à un moment où l’économie souffre des ravages de l’épidémie au Mexique.

Le régulateur avait déjà souffert de licenciements massifs depuis le début de cette administration, où ils comptaient au départ jusqu’à 600 employés.

Depuis le début de l’administration Andrés Manuel López Obrador, qui a critiqué les actions des organismes de réglementation depuis sa prise de fonction fin 2018, six des sept commissaires actuellement détenus par le régulateur ont été élus, dont son président. .