Une marée verte aux élections en France secoue Macron

La grande question est de savoir si ce changement de cabinet fera avancer le Premier ministre, malgré sa confortable victoire de dimanche.

En plus de manquer d’un ancrage territorial solide, selon le politologue de Science Po Gaspard Estrada, “les candidats du parti au gouvernement subissent les conséquences de l’impopularité du président”, usée par la révolte des “gilets jaunes” et les grèves prolongées contre sa réforme des retraites.

Dans la ville de Perpignan, près de la frontière espagnole, le candidat d’extrême droite, Louis Aliot, ancien partenaire de Marine Le Pen, a remporté par une large marge, obtenant 54% des voix.

Avec la conquête de cette ville de plus de 100 000 habitants, Aliot obtient pour l’extrême droite sa plus grande ville depuis Toulon (1995-2001).

Selon un sondage du sondeur Ifop, si les élections présidentielles avaient lieu demain, Macron serait aux côtés de Marine Le Pen au premier tour, et gagnerait au deuxième tour avec 55%, soit 11 points de moins qu’en 2017.

Pour tenter de tourner rapidement la page de la débâcle annoncée, Macron prévoit de s’adresser lundi à la nation pour répondre aux propositions de la Citizen Climate Convention, une assemblée de 150 citoyens tirés au sort pour imaginer des politiques ambitieuses contre le changement climatique.

Cette convention sera la “réponse à la vague verte” ce dimanche, a annoncé la présidence française.

Dans tous les cas, Macron devra trouver un équilibre entre la volonté de mesures écologiques substantielles, défendue par l’aile gauche de son parti, et les élections libérales du début.

Avec des informations de l’., de l’EFE et de .