La réforme du Livret A fortement critiquée par le Président du groupe BPCE

13 mai 2012

Visant à apporter une réponse efficace aux préoccupations des Français concernant les problèmes de logement, la proposition du nouveau Président de la République, François Hollande, de doubler le plafond appliqué au Livret A devrait faire l’objet d’une adoption rapide par la voix d’un décret, malgré les différentes critiques formulées par un certain nombre de spécialistes du domaine financier, à l’image de François Pérol, Président du groupe Banque Populaire Caisse d’Épargne.

Un financement supplémentaire pour le logement social

Entendant accroître les capacités de financement de sa politique de logement social, la réforme envisagée par le nouveau chef de l’État devrait ainsi permettre, selon les propres engagements de ce dernier, de créer quelques 2,5 millions de logements supplémentaires durant les cinq prochaines années. S’appuyant toutefois sur le faible taux de Livrets A ayant atteint leur plafond, cette perspective est, aujourd’hui, remise en cause par un certain nombre de spécialistes du domaine bancaire, ceux-ci craignant principalement une réorientation de l’épargne des Français vers la solution défiscalisée, sans réelle création de ressources supplémentaires.

Une réponse adaptée aux problèmes de logement social ?

Ayant, pour principal objectif, d’augmenter les ressources allouées au logement social, la réforme envisagée par le Président de la République reste particulièrement critiquée au sujet de son éventuelle efficacité, un certain nombre de ses détracteurs soulignant, en effet, qu’il reste encore aujourd’hui 30 milliards d’euros disponibles auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations, le problème le plus important étant, selon François Pérol, le manque d’espace dans les zones soumises aux plus fortes demandes, conduisant ainsi celui-ci à préconiser une augmentation de la rémunération du placement favori des Français.