L’augmentation des plafonds du Livret A et du LDD permettent à ces placements de voir leur encours croître rapidement

22 novembre 2012

Ayant vu leur plafond augmenter, le 1er octobre, à respectivement 19 125 € et 12 000 €, conformément à ce qu’avait souhaité le Président de la République, lors de sa campagne électorale, le Livret A et le LDD ont, depuis la concrétisation de cette promesse, connu un regain d’intérêt important auprès du public, les Français y ayant, en effet, investi quelques 21,29 milliards d’euros, au mois d’octobre, battant ainsi tous les records, dans un contexte économique difficile qui favorise également l’orientation des épargnants vers ce type de placements.

Le Livret A et le LDD prêts à battre tous les records

Ayant davantage concerné le LDD, dont la collecte a atteint 13,94 milliards d’euros, faisant progresser son encours de 20 % sur le seul mois d’octobre, l’évolution a toutefois aussi été favorable au Livret A, placement favori des Français, lui permettant même de connaître le deuxième meilleur mois de toute son histoire en termes de collecte nette avec 7,35 milliards d’euros, bien loin cependant encore des 18,31 milliards d’euros du mois de janvier 2009, date à laquelle la distribution du Livret A a été ouverte à tous les établissements, celle-ci n’étant plus désormais l’exclusivité de La Banque Postale, de la Caisse d’Epargne et du Crédit Mutuel, par le biais du Livret Bleu.

Se révélant être d’autant plus étonnant du fait que le mois d’octobre est généralement difficile pour l’épargne, avec un résultat positif de 390 millions d’euros seulement en 2011 pour le Livret A et même négatif de 380 millions d’euros un an plus tôt pour le LDD, l’encours, à la fin du mois d’octobre 2012, atteignait cependant quelques 325,5 milliards d’euros, soit une hausse de 88,8 milliards de plus qu’à la fin de l’année 2008.

Prévoyant un nouveau relèvement du plafond du Livret A dès la fin de l’année, pour fixer celui-ci à 22 950 €, le gouvernement entend ainsi prolonger encore ce mouvement pour aider la Caisse des Dépôts et Consignations à assumer un volume de prêts en hausse constante, devant atteindre 25 à 26 milliards d’euros en 2012, l’organisme gestionnaire évaluant à 40 milliards d’euros les besoins supplémentaires d’ici à cinq années.

Une période faste pour le Livret A et le LDD qui rend la situation de l’assurance vie encore plus difficile

Devant, au final, être rehaussé à 30 600 €, soit un doublement du plafond initial du Livret A, ce relèvement de la limite des dépôts sur ce dernier ne devrait toutefois pas intervenir avant, comme le préconise le rapport Duquesne, qu’une évaluation ne soit faite sur le réel impact de telles mesures, les banques ayant, en effet, fait part de leurs craintes, par l’intermédiaire de la Fédération Bancaire Française, quant à leur capacité à prêter à leurs usagers, si de telles dispositions devaient être prises.

Devant appliquer, début 2013, les accords de Bâle III, enjoignant les banques d’augmenter leurs dépôts, ces dernières ne voient donc pas d’un très bon œil ce projet d’augmenter encore le plafond du Livret A et du LDD dont 65 % des dépôts se trouvent confiés à la CDC, alors que la baisse de l’intérêt des épargnants, également induite par ces événements, ne favorise pas non plus la création de liquidités pour ces établissements.