Le succès du livret A

30 juillet 2010

Forts de leur succès, généralisés depuis le 1er janvier 2009, les livrets d’épargne réglementés et défiscalisés ont de beaux jours devant eux. Mercredi 28 juillet 2010, un rapport rendu par l’Observatoire de l’épargne réglementée, évaluant la distribution des livrets A en France par les banques.

Le rapport montre qu’en décembre 2009, 91% des Français étaient en possession d’un livret d’épargne réglementée, dont 59,9 millions détenteurs du Livrets A et bleus, estimés à 183,4 milliards d’euros, en hausse de 11%. Il montre également que les distributeurs traditionnels tels la Caisses d’épargne, La Banque Postale et Crédit Mutuel ont pris la plus grosse part avec 153 milliards d’euros collectés. À partir du 1er août, la hausse de 1,75% devrait faire augmenter les encours et connaître une nouvelle impulsion à la croissance. Le livret A n’est cependant pas sans inconvénients. Beaucoup de petites sommes sont déposées. Durant l’année 2009, le rapport note que les montants versés par la moitié des épargnants ne dépassaient pas les 150 euros. De plus, à la différence des super livrets, chaque épargnant ne peut posséder qu’un seul livret d’épargne réglementée.

Malgré la lutte contre les multi-détentions de livrets réglementés, avec des pénalités qui peuvent aller jusqu’à la taxation des intérêts perçus ou jusqu’à la prise de 2% sur l’encours du livret, les épargnants fraudent toujours en possédant plusieurs livrets. Un fichier central est donc mis en place avec le soutien de l’État pour permettre aux banques de vérifier l’identification du client avant chaque ouverture de compte ou livret d’épargne réglementée. Toutefois, «Le processus est compliqué à mettre en place, cela se fait peu à peu», a précisé Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France.