Le taux du Livret A va-t-il changer le 1er novembre ?

13 octobre 2010

Suite à la hausse du taux du Livret A, le 1er août dernier, faisant passer le rendement du placement préféré des Français de 1,25 % à 1,75 %, les épargnants pouvaient s’attendre à une nouvelle augmentation le 1er novembre, celle-ci n’aura vraisemblablement pas lieu malgré la progression de 1,60 % des prix à la consommation, constatée sur une année.

En effet, bien que n’étant réévalué, en principe, que deux fois par an, le 15 janvier et le 15 juillet, le taux du Livret A peut également faire l’objet d’un nouveau calcul exceptionnel, suite à la survenue d’événements pouvant modifier ce résultat, le 15 avril et le 15 octobre de chaque année. Etabli par la Banque de France, selon une formule mathématique mise en place depuis le 1er février 2008, ce taux dépend alors de plusieurs éléments représentés ici par l’inflation enregistrée au cours des douze derniers mois, ainsi que par les indices EURIBOR 3 mois et EONIA.

Les variations récentes de ces dernières données ne semblent toutefois pas être suffisamment importantes pour avoir des conséquences sur le rendement du Livret A. Ainsi, malgré l’intérêt que les Français ont toujours porté à ce placement et l’engouement qu’il a à nouveau suscité, depuis la dernière hausse de son taux, au mois d’août 2010, avec un montant de collecte supérieur à celui enregistré au cours des dix-sept derniers mois, celui-ci pourrait souffrir à nouveau d’une baisse des dépôts, si son rendement devait se stabiliser à ce niveau.

Particulièrement intéressant du fait de sa défiscalisation totale, aussi bien en termes d’impôt sur le revenu que de cotisations sociales, le Livret A subit aujourd’hui, malgré ses nombreux avantages et sa grande facilité d’accès, accrue par la généralisation de sa distribution, depuis le 1er janvier 2009, à l’ensemble des établissements bancaires, la concurrence des offres proposées par les banques en ligne, qui distribuent des super livrets toujours plus compétitifs.

Ayant déjà souffert, alors qu’il se trouvait à un taux historiquement bas de 1,25 %, de la concurrence des contrats d’assurance vie particulièrement attractifs distribués également par les banques en ligne, le Livret A pourrait à nouveau se voir durement concurrencé par ces formules dans la mesure où les épargnants sont de plus en plus attirés par ces produits leur permettant de faire fructifier leur capital rapidement grâce à des performances toujours améliorées.

Il reste donc à savoir, à présent, si cette tendance affichée, au mois d’août 2010, permettant au Livret A et à son complément le plus sollicité, le LDD, d’augmenter leur encours total de 2,45 milliards d’euros, portant désormais celui-ci à 259,5 milliards d’euros, va se poursuivre, où si les épargnants vont décider de se tourner à nouveau vers les autres alternatives mises à leur disposition, qui ne bénéficient toutefois pas des mêmes avantages fiscaux, mais qui présentent, en revanche, des plafonds de versements généralement beaucoup plus élevés, et offrent également l’opportunité d’être détenus en plusieurs exemplaires.

Un autre événement concernant le Livret A, sur ce dernier point, a également été remarqué dernièrement, à savoir que le nombre d’ouvertures en double exemplaire a fortement diminué passant, en quelques mois seulement, de 22 % à 10 %.