Les banques dénoncent la centralisation du Livet A

19 novembre 2010

La centralisation de l’épargne règlementée auprès de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) mécontentent les banques qui distribuent le Livret A. Celles ci dénoncent son excès.

En effet, la collecte du Livret A, considéré comme le Livret le plus côté et le plus populaire chez les français reste habituellement centralisé auprès de la CDC- de nos jours autour de 65%- pour être ensuite réservé au financement du logement social et de la politique de la ville, à savoir les infrastructures, les hôpitaux…

Cependant, les banques n’ayant pas accepté cet excès  de centralisation, s’engagent dans la lutte pour que son taux de centralisation soit limité à uniquement 50% en tenant compte de leur pouvoir de commercialisation du Livret A depuis le 1er Janvier 2009 et en affirmant qu’elles ont affecté la collecte de l’épargne règlementée au financement des entreprises. » Il est absolument indispensable que l’on demeure à un taux de centralisation bas et pour longtemps, pour l’ensemble du Livret A et du Livret de développement durable », a déclaré Jeudi Baudouin Prot, directeur général de BNP Paribas, lors de la présentation des résultats de la banque.

Les banques ajoutent qu’il s’agit bien d’une centralisation « contre productive ». Baudouin Prot a en outre signalé «  Il en va du financement des entreprises et des PME » et en réponse à la Ministre de l’économie Christine Lagarde, il a répondu que 50% serait le taux de centralisation préférable.

Quant au PDG de la Société Générale, Frédéric Oudéa, a partagé l’avis de Baudouin en considérant que le taux de centralisation élevé du Livret A  serait contre-productif. «  Aujourd’hui, à la caisse des dépôts, à ma connaissance, il ya plutôt un excès de liquidités. Immobiliser plus de liquidités qui ne financent pas l’économie et l’enlever aux banques qui en ont besoin, je pense que ce sera contre productif. » L’enjeu pour nous, a-t-il ajouté, c’est d’avoir des ressources longues. Le nerf de la guerre pour nous, c’est d’avoir des dépôts. Et le Livret A en fait partie. »

En opposition aux banques, la Caisse des dépôts souhaite que le taux de centralisation de l’épargne règlementée atteigne 70% et même 75%. «  Compte tenu de la croissance des prêts, le taux de centralisation devrait atteindre environ 74% à l’horizon 2020. », avait affirmé Augustin Romanet, le Directeur Général de la CDC. « Je crois qu’il est néanmoins possible d’en rester, à ce stade, au chiffre donné par la ministre de l’économie, Christine Lagarde en 2008…, qui était de 70%, avait-il ajouté.