La prime à la conversion sera prolongée en 2020 mais pas telle quelle

Bien que la prime à la conversion soit maintenue cette année, celle-ci sera versée aux personnes qui y ont droit en tenant compte des nouvelles conditions. C’est ce qui ressort de l’intervention du 16 juillet 2020 du ministre de l’Économie français, Bruno Le Maire.

Une promesse renouvelée du gouvernement

Instaurée il y a quelques années et revue par le gouvernement en 2019, la prime à la conversion sera bel et bien accordée aux heureux bénéficiaires en 2020.

En effet, bien que l’État ait reçu un coup dur à cause de la crise sanitaire mondiale due à la Covid-19, celui-ci entend tout de même honorer ses engagements. C’est ce que le ministre de l’Économie a clairement signifié au Sénat au cours de la discussion menée sur la révision du projet budgétaire de 2020.

Ce dernier a ainsi affirmé que d’ici la fin du mois de juillet, les 200 000 primes à la conversion seront versées. Cette décision exprime une nouvelle fois la volonté du gouvernement français de continuer à lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. De plus, cette décision fait connaître le souhait de ce dernier de continuer à participer au renouvellement du parc automobile français, malgré cette pandémie. De quoi donc réjouir les concessionnaires, les constructeurs et les conducteurs de ces voitures à faibles émissions de CO2.

Pour rappel, cette prime à la conversion en 2020 est de 3 000 euros pour les voitures à essence ou diesel et 5 000 euros pour celles qui sont électriques.

Les nouvelles réformes apportées à ce dispositif

Comme l’a clairement souligné Bruno Le Maire, cette prime a subi quelques modifications. La première concerne les montants qui seront désormais alloués aux bénéficiaires. Pour ce qui est de la seconde modification, on retient des propos du ministre de l’Économie qu’elle est plus axée sur l’aspect social des bénéficiaires. En effet, le gouvernement de la France souhaite par la  présente mesure donner la priorité aux ménages les plus modestes de son territoire. Cette décision n’exclut pas pour autant les autres couches sociales.

Bien que le commun des Français et le Conseil National des Professions de l’Automobile (CNPA) soient très heureux de cette décision, une certaine inquiétude subsiste. En effet, ils auraient voulu que le ministre de l’Économie donne un peu plus de précisions sur les réajustements des montants qui ont été entrepris. Pour cela, tout ce beau monde devra donc encore patienter, car ces précisions seront certainement données dans les prochains jours.