Les SCPI peuvent-elles résister à la crise ?

Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) sont-elles obligées de se préoccuper des rendements de leurs parts ? Même si un quelconque risque ne doit pas être exclu, les SCPI possèdent des atouts importants pour affronter les crises économiques et maintenir de bonnes performances.

Des actifs diversifiés pour une mise en commun des risques

Avec le système de la diversification de leurs actifs, les SCPI pourront faire face à la crise qui menace tant l’économie que la santé. Cela favorise le partage des risques pouvant survenir. L’Observatoire des SCPI a réalisé un tableau sur la granularité présentant les multiples sociétés qu’elles détenaient. Le principe de la mutualisation des risques et de la diversification repose sur le fait que plus les SCPI ont de locataires, moins elles sont vulnérables face aux risques de défaillance.

Un report à nouveau bienvenu

Malgré la mutualisation des risques mise en place par les sociétés civiles de placement immobilier, les dividendes qu’elles versent à ses associés vont connaître un recul en cette année 2020. Le report à nouveau constitue une arme importante dont disposent la plupart des SCPI. À cet effet, des loyers sont placés en réserve pour éviter une quelconque baisse du rendement.

La sous-cotation de certaines parts

Selon le tableau de Lanxea, nombreuses sont de ces SCPI qui ont un report à nouveau inférieur à deux mois de loyers. Ainsi, elles ne disposent pas des ressources financières nécessaires pour écarter complètement la baisse des rendements de leurs associés. En conséquence, cet état de choses entraîne une diminution importante et nécessaire des dividendes de l’investisseur pour 2020.

La régularité des revenus

La SCPI est porteuse de risque pour l’investisseur qui peut être une perte totale du capital. Il faudra attendre quelque temps avant de reprendre votre investissement si vous tenez à céder vos actions. Toutefois, elle n’a pas que des inconvénients, car la volatilité de la SCPI est minime. Elle n’est pas non plus soumise aux risques de krach.

Le télétravail : quelle menace ?

Même si les SCPI ne s’estiment pas en grand risque, le télétravail ne constitue pas moins un obstacle. Avec l’allure de la crise sanitaire, beaucoup de bureaux risquent de se retrouver vides, car les travaux seront réalisés depuis le domicile de chaque employé. Cette situation provoquera la baisse des prix des loyers pour les SCPI.

Le besoin de se renouveler

Il est indéniable que presque toutes les entreprises accélèrent le déploiement du télétravail, ce qui représente d’ailleurs des conséquences futuristes pour les SCPI. Face à une telle évidence, une solution idéale pourrait apparaître dans les années à venir. En attendant, les SCPI doivent s’adapter à la crise actuelle pour en limiter les impacts.