Une assurance Covid est en train d’être mise en place et les contours sont déjà définis

The concept of effective protection of the world from viruses.

Au vu de la situation de crise engendrée par la pandémie du coronavirus, une assurance Covid est en train d’être mise en place et les contours sont déjà définis. Le gouvernement avait réuni un groupe de travail qui a remis ce 17 juillet son rapport comportant les grandes lignes de la future assurance covid.

L’objectif : limiter les dommages économiques en cas de risque majeur

Le groupe de travail mis en place par le gouvernement avait pour mission de proposer des solutions pour limiter les dégâts économiques suite à la crise. Il est composé d’assureurs, de parlementaires, de distributeurs d’assurance et de réassureurs. Selon la fédération française de l’assurance, les pertes d’exploitation liées au confinement s’élèvent à 147 milliards d’euros pour les entreprises françaises.

Les listes de conditions

En ce qui concerne le champ d’intervention de l’assurance covid 19, la liste des périls sera limitative. Les risques pandémiques ou épidémiques seront certainement intégrés, mais les mesures mises en place en cas de troubles populaires et d’émeutes, de menaces d’attaques terroristes et de cataclysme naturel pourraient être prises en compte dans une liste plus large.

Après l’élaboration de la liste des périls, la liste des mesures administratives qui sont éligibles à la couverture de perte d’exploitation devra également être définie. En plus des fermetures d’établissement, le groupe de travail n’exclut pas d’y ajouter la fermeture des frontières, les restrictions d’accès ainsi que les restrictions de circulation tout en campant sur le principe de liste limitative. L’activation de l’assurance pandémie pourrait être automatique une fois que les deux listes seront validées.

Les critères objectifs de rattachement

Les critères objectifs de rattachement restent aussi à définir. Ainsi, parmi les entreprises ayant subi une restriction de fermeture, celles qui ont eu une perte supérieure ou égale à la moitié de leur chiffre d’affaires recevront des indemnisations. Les choses deviennent plus complexes pour les entreprises qui n’ont subi qu’une restriction de circulation ou d’accès. Celles-ci devront répondre à trois critères : évoluer dans un secteur impacté directement par la restriction, évoluer dans la zone géographique concernée par la restriction et subir une perte supérieure ou égale à 50%.

Formes d’indemnisation et participation de l’Etat

Selon le groupe, il est fort probable que deux dispositifs d’indemnisations distinctes soient mis en place selon la taille de l’entreprise. La nature de l’indemnisation sera sous forme de forfait dont la base n’est pas encore déterminée. Enfin, chaque entreprise devra estimer ses besoins de couverture. Si les pertes subies sont trop lourdes à couvrir pour les assureurs, un dispositif de réassurance serait mis en place avec l’Etat pour une couverture complémentaire.