Mon-livret.fr France Face à détresse croissante des étudiants, Emmanuel Macron propose une série de...

Face à détresse croissante des étudiants, Emmanuel Macron propose une série de mesures

La pandémie touche tous les secteurs de la société, même si son caractère brutal est pire dans certains cas notamment pour les étudiants dont la situation est de plus en plus précaire tant au niveau économique que psychologique.

Ces derniers mois, les jeunes ont vu leurs libertés diminuer et leur isolement s’accroître : fermeture de bars, de restaurants, de bibliothèques, couvre-feu, nombre limité de personnes à voir, etc. La précarité et le découragement se sont emparés de nombreux étudiants qui ne connaissent pas les conditions dans lesquelles ils pourront entrer sur le marché du travail, ni même terminer leurs études.


Lire aussi :Enseignants et étudiants défilent pour plus de soutien dans la crise du COVID


Pour tenter d’atténuer les conséquences de l’épidémie chez les jeunes, Emmanuel Macron a promis plusieurs mesures, notamment la distribution de déjeuners et de dîners pour un euro, un cours en présentiel par semaine pendant ce second semestre et un soutien psychologique gratuit.

Avec ou sans bourse

La situation économique de nombreuses familles a été gravement affectée par Covid-19, au point d’être très préoccupante. Le président français a annoncé que, qu’ils bénéficient d’une bourse ou non, les étudiants universitaires pourront prendre deux repas par jour dans les cafétérias universitaires pour un euro. Cette mesure intervient après que diverses associations aient été obligées de dénoncer le fait que certains étudiants ont été contraints de chercher des aliments jetés dans les supermarchés ou d’aller aux Resto du Coeur.

La jeunesse est l’avenir et le Président est conscient que cette pandémie a touché psychologiquement de nombreux jeunes. Face à cette inévitable déperdition, Emmanuel Macron a également annoncé la création de “psy checks”, afin que les étudiants puissent avoir accès à un psychologue ou un psychiatre quand ils en ont besoin à partir du 1er février prochain.