Il y a une nouvelle organisation chez Renault

Il y a quelques semaines à peine, Luca de Meo a pris les rênes du groupe Renault, une entreprise qui a connu ces dernières années des problèmes financiers, et a présenté cette semaine le nouveau plan de l’entreprise française, avec laquelle il cherche à redonner de la solidité à l’entreprise.

«L’entreprise doit changer son« module de jeu »et passer de la recherche de volume à la recherche de valeur et de rentabilité. L’organisation autour de quatre marques puissantes et de grandes activités transverses permettra de travailler de manière plus simple, plus orientée vers les marchés et les clients, dans un esprit d’équipe, pour rechercher les meilleurs résultats possibles. C’est un levier essentiel pour la reprise du Groupe », a assuré Luca de Meo, PDG du Groupe Renault.

Les quatre divisions dans lesquelles le groupe Renault sera désormais consolidé seront: Renault, dirigé par Luca de Meo; Dacia, dirigé par Denis Le Vot, vice-président exécutif des ventes régionales et du marketing du groupe; Alpine, avec Cyril Abiteboul, PDG de Renault Sport Racing à la barre et Nouvelle Mobilité, dirigé par Clotilde Delbos, Directeur Général Adjoint et Directeur Financier du Groupe Renault.

Ces quatre zones auront un fonctionnement indépendant, qui vise à les concentrer sur leurs marchés clés et ainsi leur donner un fonctionnement plus solide.

De Meo a montré son efficacité en tant que leader en son temps chez FIAT et SEAT, deux marques qu’il a prises, comme Renault, avec des chiffres négatifs et qui en peu de temps ont conduit à la rentabilité, c’est pourquoi il a été porté au groupe français.

Auparavant, une réduction de 14 600 employés avait déjà été annoncée au cours des trois prochaines années pour rechercher des économies de deux milliards d’euros, ce qui l’aidera à concentrer ses ressources sur le développement de nouveaux produits et d’autres actions qui restaurent la stabilité économique.

La France, et l’Europe en général, sont le marché le plus important pour Renault, tandis que Dacia a élargi ses horizons au-delà de l’Europe de l’Est en apportant ses véhicules (en grande partie avec le logo Renault) sur les marchés émergents, l’Amérique latine des meilleurs exemples.

Alpine (Société des Automobiles Alpine SAS) est revenue à la vie il y a trois ans, après avoir cessé ses activités en 1995, avec le lancement de l’A110, l’un de ses modèles les plus célèbres et les plus réussis.

Abiteboul était un choix logique pour diriger cette marque puisqu’il a mené le projet Renault en Formule 1 ces dernières années et a réalisé une évolution dans l’équipe de France, qui a une belle lignée dans la catégorie la plus élevée, davantage en tant que motoriste. qu’en équipe.

Depuis qu’ils sont redevenus une équipe officielle en 2016, ils sont passés de 9 à 4 au Championnat du monde des constructeurs, bien qu’ils attendent toujours une victoire, qui leur est refusée depuis 2008.

De son côté, le pôle Nouvelle Mobilité sera l’un des plus importants pour Renault dans les années à venir, car la firme française, en collaboration avec Nissan, est l’un des pionniers de la mobilité électrique, avec des modèles 100% alimentés par batterie. dans sa gamme depuis 2011.

Ce bureau a été ouvert à la fin de l’année dernière et cherchera à générer des synergies avec différents gouvernements, autorités et opérateurs de transport, à étudier les problèmes de mobilité spécifiques des lieux et à travailler au développement de réseaux de transports partagés.

«De plus en plus, le marché est structuré selon les habitudes des consommateurs moins intéressés par la possession d’un véhicule que par une offre multimodale, innovante, connectée et plus écologique adaptée à la diversité de leurs besoins», a déclaré Renault dans le communiqué de l’ouverture de cette division.

Cette marque collabore avec Nissan, partenaire stratégique de Renault depuis 20 ans, à la création d’alliances, comme celle qu’ils ont signée il y a un an avec Waymo, pour introduire des véhicules autonomes au Japon et en France.

Il semble que la magie de Luca de Meo redonnera son épanouissement à Renault.

Renault fabrique des voitures depuis 122 ans, elle a été fondée le 25 février 1898 par Louis Renault.

3,8 millions de véhicules ont vendu le groupe français dans le monde l’an dernier dans 134 pays.

14 000 employés seront coupés dans les trois prochaines années pour réduire les dépenses.

12 titres de Formule 1 s’ajoutent à ses moteurs, dont les deux remportés par son équipe en 2005 et 2006.