Loi générale sur la cybersécurité

La pandémie accélère la révolution 4.0 dans les entreprises

Ce qui est reconnaissable, c’est que quelqu’un a finalement osé se souvenir de la stratégie nationale de cybersécurité, avec une mise à jour tous les deux ans, peut-être la seule section reconnaissable.

La partie faisant référence aux crimes présuppose d’abord que, par le simple fait de la terminologie utilisée, si vous utilisez, exécutez, «exécutez» dans tous les sens interprétatifs, un programme, une suite de tests parce que ce sont vos tâches, vous êtes un garçon mauvais et méritent une punition. Rappelez-vous que même plusieurs manuels utilisés identifient comment exécuter des actions pour briser la sécurité et même obtenir des informations, ce qui est diabolisé comme un crime dans cette tentative de justice.

Couronnons la publication en mentionnant la section pertinente sur la coopération internationale, revenant au sujet oublié, laissé à la dérive; l’adhésion du Mexique en tant que signataire et coopérateur de la Convention contre la cybercriminalité du Conseil de l’Europe, ou Convention de Budapest, dont seules des tentatives ont été faites et, à ce stade, une société poussée vers le numérique est nécessaire.

Espérons que cette initiative n’est pas significative et, comme je l’ai mentionné dans le premier point, qu’il s’agit d’un effort de plus, avec sa juste reconnaissance.

Pour parler de cybersécurité, il faut des spécialistes, pas improvisés en raison d’enjeux politiques, puisque les risques latents liés au numérique et surtout aux droits des utilisateurs pourraient augmenter.

Note de l’éditeur: Carlos Ramírez Castañeda est un spécialiste et passionné du droit informatique, en particulier dans les domaines de la cybersécurité, de la cybercriminalité et du cyberterrorisme. Il est titulaire d’une maîtrise en droit des nouvelles technologies de l’information et de la communication de Santiago de Compostela en Espagne, docteur en administration et politiques publiques du Mexique. Il est collaborateur de diverses institutions académiques et gouvernementales, un professionnel toujours intéressé par les problématiques de cyberprévention, notamment auprès des secteurs vulnérables. Suivez-le sur Twitter en tant que @Ciberagente. Les opinions publiées dans cette chronique appartiennent exclusivement à l’auteur.

Voir plus d’informations à ce sujet et sur d’autres sujets dans la chaîne Opinion