Dow grimpe plus haut dans l’action agitée de jeudi avec des actions technologiques en hausse

Les indices boursiers ont connu des gains fermes à midi jeudi, mais les échanges ont été turbulents, reflétant un marché qui peine à trouver son équilibre au milieu des signes d’un assouplissement des données économiques et d’une série d’incertitudes à venir.

La moyenne industrielle Dow Jones
DJIA,
+ 0,33%
s’échangeait 154 points, soit 0,6%, en hausse à environ 26918, tandis que le S&P 500
SPX,
+ 0,47%
a ramassé 24 points, ou 0,8%, à environ 3261, rebondissant plus haut après avoir franchi un niveau en dessous du territoire de correction – défini comme une baisse de 10% par rapport à un sommet récent – pour l’indice à 3222,76. L’indice composite Nasdaq
COMP,
+ 0,76%
a bondi de 114 points, ou 1,1%, plus haut à environ 10 745, après avoir atteint un creux intrajournalier précoce à 10 520,22.

Mercredi, le Dow Jones a terminé avec une perte de 525,05 points, soit 1,9%, à 26 763,13, tandis que le S&P 500 a perdu 78,65 points, soit 2,4%, pour clôturer à 3236,92. Le Nasdaq Composite a terminé à 10632,99, en baisse de 330,65 points, soit 3%. La clôture a laissé le S&P 500 en baisse de 9,6% par rapport à sa clôture record de 3580,84 frappée le 2 septembre.

Qu’est-ce qui anime le marché?

Les actions étaient bancales jeudi, alors que les investisseurs traversaient un marais de problèmes, y compris une impasse sur Capitol Hill, qui a sapé les perspectives d’un autre projet de loi de dépenses. Les acteurs du marché craignent depuis longtemps que l’absence de nouvelles mesures de relance fasse dérailler un rebond économique.

Le rapport hebdomadaire dans les revendications met en évidence que la création d’emplois au lendemain de la pandémie stagne, ce qui suscite de nouvelles craintes quant à la forme du retour à la normale des États-Unis.

Les demandes de chômage ont augmenté de 4000 à 870 000, a déclaré jeudi le ministère du Travail, reflétant le fait qu’un peu plus d’Américains ont demandé des allocations de chômage de l’État au cours de la semaine terminée le 19 septembre par rapport à la semaine précédente. Les économistes interrogés par MarketWatch cherchaient à ce que les réclamations baissent à 850 000. Les réclamations de la semaine précédente ont été portées de 6 000 à 866 000.

«Bien que les demandes de chômage de moins d’un million pendant quatre semaines consécutives puissent être considérées comme positives, nous observons un marché du travail plutôt stagnant», a écrit Mike Loewengart, directeur général de la stratégie d’investissement chez E-Trade Financial Corp.
ETFC,
+ 0,87%,
dans les remarques envoyées par courrier électronique.

«La reprise a été lente et sans aucun signe de relance supplémentaire de Washington, les Américains sans emploi continueront probablement d’exister dans les limbes», a-t-il déclaré. «De plus, un marché du travail instable se traduit par un consommateur nerveux et face à une pandémie qui ne disparaîtra apparemment pas sans vaccin, les perspectives de l’économie sont certainement remises en question.»

Les propos du président de la Réserve fédérale Jerome Powell dans le témoignage du Congrès cette semaine, ainsi que les commentaires d’autres décideurs de la Fed, ont également indiqué que la banque centrale adopte une approche attentiste en ce qui concerne la poursuite de la relance monétaire, tout en signalant la nécessité pour le Congrès d’agir sur la relance budgétaire.

“Compte tenu de l’état hautement polarisé de la politique aux États-Unis pour le moment, les marchés ne s’attendent à aucune action sur un plan de relance, le Congrès étant à peine capable de s’entendre sur une résolution continue afin de maintenir le gouvernement en marche”, a déclaré Boris Schlossberg, directeur général de la stratégie FX chez BK Asset Management, dans une note.

“Cela a à son tour pesé sur le sentiment, car l’amélioration actuelle des données économiques a été au mieux modeste, ce qui suggère que la reprise en forme de V s’essouffle après le début d’activité après la réouverture de l’économie américaine”, a-t-il déclaré.

En plus de cela, les craintes d’une élection présidentielle contestée le 3 novembre ont également pesé sur le sentiment, ont déclaré des analystes. Le président Donald Trump a refusé mercredi de s’engager dans une transition pacifique du pouvoir après les élections, déclarant aux journalistes: «Nous devrons voir ce qui se passera… Je me suis plaint très fortement des scrutins. Et les bulletins de vote sont un désastre. Trump faisait référence aux bulletins de vote par correspondance, qui, selon lui, sans preuves, sont sujets à une fraude généralisée.

Lis:Pourquoi les investisseurs boursiers commencent à paniquer à propos des élections de 2020

Trump a également suggéré que la Cour suprême devrait se prononcer sur le résultat des élections, soulignant qu’une nouvelle justice, remplaçant Ruth Bader Ginsburg, devrait être confirmée avant le jour du scrutin.

«La réticence persistante de Donald Trump à confirmer qu’il accepterait une défaite aux élections présidentielles dans un peu plus d’un mois comporte la menace d’emmener le pays dans un territoire sans précédent et potentiellement dangereux, bien que ce ne soit guère plus que de la rhétorique et Trump pourrait de toute façon triompher» a déclaré Russ Mold, directeur des investissements de la société de courtage britannique AJ Bell.

“La campagne amère de la Maison Blanche empêche également les États-Unis d’accepter un plan de relance budgétaire – ce qui conduit à des grognements croissants de la Réserve fédérale américaine et il n’est pas surprenant de voir les actions américaines chuter dans ce contexte”, a-t-il déclaré.

Les marchés ont brièvement été stimulés par les chiffres solides du logement. Les ventes de nouvelles maisons unifamiliales en août ont dépassé un taux annuel de 1 million pour la première fois depuis 2006. Les ventes de maisons neuves ont eu lieu à un taux annuel désaisonnalisé de 1,011 million, a rapporté jeudi le Bureau du recensement. Cela représente une augmentation de 4,8% par rapport au rythme de 965 000 maisons en juillet, qui a été relevé par rapport au niveau précédent. Par rapport à l’année dernière, les ventes de maisons neuves sont en hausse de 43%.

Pendant ce temps, Powell a souligné lors d’un troisième jour de témoignage au Congrès qu’un paquet budgétaire était nécessaire pour aider l’économie américaine à se remettre de la récession induite par la pandémie de coronavirus. «Bien que l’économie se porte mieux que prévu, je pense qu’il existe un risque de baisse», a déclaré Powell.

Un certain nombre d’autres responsables de la Fed seront également de nouveau sur le circuit des conférences jeudi.

Le président de la Fed de Richmond, Tom Barkin, prend la parole lors de deux événements à 13 h. et 14 h Le président de la Fed de Saint-Louis, James Bullard, doit prononcer un discours au Global Interdependence Center à midi, tandis que le président de la Fed de Chicago, Charles Evans, doit prononcer un discours devant la Chambre de commerce de l’Illinois à 13 heures. Le président de la Fed d’Atlanta, Raphael Bostic, doit prononcer un discours sur le racisme systémique lors d’un forum sur les minorités dans le secteur bancaire à 14 heures.

Quelles entreprises sont ciblées?
Actions de Penn National Gaming Inc.
PENN,
-6,30%
a chuté de plus de 4% après avoir annoncé le lancement d’une offre publique de 14 millions d’actions.

PLC Accenture
ACN,
-6,66%
les actions ont chuté de 6% après que la société de services professionnels et de conseil a déclaré des revenus et des bénéfices inférieurs aux attentes.

Actions de FedEx Corp.
FDX,
+ 0,60%
a augmenté de 1,2% jeudi, pour suivre les gagnants de la moyenne des transports du Dow Jones
DJT,
+ 0,06%,
après que l’analyste de Stifel Nicolaus, David Ross, soit devenu optimiste sur le géant de la livraison de colis, citant des signes que FedEx a été un bénéficiaire de la pandémie COVID-19.

Actions de E.W. Scripps Co.
SSP,
+ 12,70%
a grimpé de 15% jeudi, après que le propriétaire de la chaîne de télévision a confirmé un accord pour acheter le réseau de diffusion ION Media pour 2,65 milliards de dollars, dans le cadre d’un accord soutenu par Warren Buffett.

Comment se portent les autres marchés?

Le rendement du bon du Trésor à 10 ans
TMUBMUSD10Y,
0,667%
est en baisse de 0,9 point de base à 0,67%. Les prix des obligations évoluent à l’inverse des rendements.

L’indice ICE US Dollar
DXY,
+ 0,02%
était stable à 94,379.

Futures sur l’or
GCZ20,
+ 0,20%
étaient en hausse de 0,4% pour se négocier à 1 874,80 $ l’once, se remettant quelque peu d’un glissement antérieur, mais se situant toujours près d’un creux de deux mois. Futures pétrolières américaines
CLX20,
-0,32%
échangé 0,2% plus haut à environ 40 $ le baril sur le New York Mercantile Exchange.

L’indice paneuropéen Stoxx Europe 600
SXXP,
-1,02%
clôturé 1% de moins et l’indice de référence du Royaume-Uni FTSE 100
FTSE,
-1,29%
jeté 1,3%. En Asie, l’indice Hang Seng de Hong Kong
HSI,
-1,81%
chuté de 1,8% et l’indice composé de Shanghai
SHCOMP,
-1,72%
fermé 1,7% plus bas. Nikkei du Japon
NIK,
-1,10%
clôturé en baisse de 1,1%.