Le bouquetin est proche de 7 000 points avec une timide hausse de 0,11%

Les Marchés financiers essayez de commencer la semaine avec un meilleur ton, soutenu par les nouvelles positives sur le développement de vaccins contre Covid-19, une fois qu’AstraZeneca a officiellement repris les essais cliniques. Mais la prudence prévaut et les bourses européennes évoluent de manière indécise, entre avances timides et légères pertes.

L’Ibex, quant à lui, s’est à nouveau écrasé avec 7 000 points dans sa lente reprise. Les augmentations du sélectif espagnol sont restées à un très faible 0,11%, en ligne avec le reste des parcs européens. A partir des 6951 points, il frotte du bout des doigts cette hauteur convoitée.

IAG il mène les hausses du sélectif espagnol avec une hausse de 4,71%, bien qu’il ait grimpé jusqu’à 10%. Le groupe, dont font partie Iberia et British Airways, monte après le début de l’augmentation de capital. Cependant, jusqu’à présent cette année, IAG accumule une baisse de près de 80%.

Ils sont suivis par Amadeus avec un bénéfice de 2,37% et derrière BBVA, la meilleure banque en quelques semaines avec le secteur en focus grâce à la fusion de Bankia et CaixaBank, avec une hausse de 2,26. Sabadell, le prochain dans les pools pour une opération d’entreprise, a chuté de 0,05% après la hausse spectaculaire des jours précédents. Le reste des banques – à l’exception de Bankinter, qui a soustrait 0,09% – ont terminé la session avec des augmentations.

En revanche, Ence, à un pied du bouquetin, est la valeur qui perd le plus, 2,45%. De son côté, Inditex baisse de 1,37% après un rapport négatif de Morgan Stanley. Et Repsol a chuté de 2%.

Le bon ton du marché contribue à l’annonce, ce week-end, que les essais cliniques du vaccin à l’Université d’Oxford et à AstraZeneca, l’un des plus prometteurs au monde, reprendront après avoir été interrompus par l’effet indésirable subi par un volontaire, ce qui a donné aux investisseurs une certaine tranquillité d’esprit. Ainsi, la Bourse de New York s’échange à plus de 1% pour les trois principaux indices, qui se remettent du revers subi les semaines précédentes. Ces augmentations sont plus faibles pour les parcs européens, qui ont atteint 0,35% dans le cas du Cac. Le reste a été ci-dessous.

De plus, plusieurs opérations commerciales majeures ont été annoncées. Softbank a conclu un accord avec la société américaine Nvidia pour vendre la société de puces Arm pour quelque 40 000 millions de dollars (33 780 millions d’euros). Gilead Sciences a accepté d’acheter la biotech Immunomedics pour environ 21 000 millions de dollars, ce qui lui permettra d’améliorer son offre de traitements contre le cancer. Et Softbank lancera l’un des plus gros placements en bourse de ces dernières années: 10 milliards d’euros de sa filiale télécom.

Parmi les données macroéconomiques, on sait aujourd’hui que la production industrielle a augmenté de 4,1% dans la zone euro et dans l’UE en juillet, selon Eurostat. Cette hausse s’explique par «l’assouplissement de certaines mesures pour contenir le Covidl-19 dans de nombreux pays membres», qui s’est déjà traduit par une augmentation de la production en juin de 9,1% dans la zone euro et l’UE. En Espagne, la production industrielle a augmenté de 9,4% en juillet dernier, selon Eurostat.

En toile de fond, les désaccords entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ouvrent à nouveau la possibilité d’un Brexit pas d’accord, un scénario qui aggraverait la reprise économique déjà faible dans la zone euro. Sur le marché des changes, le euro il se négocie stable par rapport au dollar, avec de légères hausses qui le placent à 1,1877 $.