Softbank cotera 5% de sa participation dans sa filiale téléco

SoftBank Group Corporation prévoit de lever environ 1,2 billion de yens (8,75 milliards d’euros) en vendant 5% de sa participation dans SoftBank Corporation, la filiale nationale des télécommunications du géant japonais de la technologie, dans laquelle il constituera la plus grande offre. stock secondaire dans le pays dans une décennie. La société placera les titres au prix de 1 204,5 yens (9,58 euros). Ainsi, en incluant une option de surallocation, le groupe réaliserait environ 9 760 millions d’euros avant impôts, ce qui représente la plus grosse cession d’actions depuis 2009.

Le mois dernier, SoftBank avait déjà annoncé qu’elle réduirait sa participation à 40% dans ce qui est le troisième opérateur japonais dans le cadre d’une vente d’actifs du groupe pour récupérer des liquidités.

Cette transaction, ainsi que celle déjà annoncée pour laquelle Nvidia acquerra Arm pour 40000 millions de dollars (33780 millions d’euros) pour créer un géant dans le secteur des puces et qui aidera Softbank à récupérer ses coffres à un moment de grande tourmente dans le opérations.

La transaction intervient à un moment de grand mouvement d’opérations. SoftBank et son fonds Second Vision ont récemment investi dans le monde entier et le PDG du groupe, Masayoshi Son, est à mi-chemin du record de rachats d’actions d’une valeur de 2,5 billions de yens (19,92 milliards d’euros). ), qui a conduit les actions de la société mère à grimper sur le marché boursier au milieu de la crise de Covid-19.

En outre, certaines informations suggèrent que la société examine un plan – qui avait auparavant fait face à une opposition interne de la société – pour incorporer des investisseurs publics. Et c’est que les investisseurs locaux et étrangers sont attirés par le rendement en dividendes de Softbank Corporation, compte tenu du dernier cours de ses actions (1242 yens), qui est inférieur au montant fixé lors de son introduction en bourse en 2018: 1500 yens (11,93 euros).

Semaine de la technologie

L’opération de la filiale télécom de Softbank coïncide cette semaine, en plus de la vente d’Arm, avec deux des plus importantes introductions en bourse d’entreprises technologiques américaines de l’histoire depuis les débuts d’Uber l’année dernière.

Une dizaine d’introductions en bourse chercheront ces jours-ci à lever 6,8 milliards de dollars (5,72 milliards d’euros). Cependant, la moitié de ce chiffre proviendra de trois entreprises californiennes, selon le fournisseur de données Refinitiv. Snowflake, une entreprise de cloud computing, fera ses débuts sur les marchés et cherchera à obtenir 2,2 milliards de dollars (1,85 milliard d’euros), tandis que la société de logiciels de jeux vidéo Unity tentera de lever 950 millions de dollars (800 millions d’euros) et Sumo Logic (une plateforme logicielle de données), 281 millions de dollars (237 millions d’euros).

L’introduction en bourse de Snowflake sera la plus importante d’une société de logiciels aux États-Unis – les débuts d’Unity seront classés troisième – laissant derrière l’introduction en bourse de VMware en 2007 et montrant l’attrait croissant de ces entreprises.

Le rallye enregistré par les marchés américains depuis les creux de mars a attiré plusieurs sociétés, dont deux des plus importantes transactions, intervenues en juin, lorsque Royalty Pharma a levé 2,5 milliards de dollars et Warner Music a levé 2,2 milliards de dollars. Dollars. Jusqu’à présent cette année, les revenus perçus par les entreprises ont atteint des niveaux jamais vus depuis 2014, selon Refinitiv.

L’argent qui circulera ces jours-ci dépassera celui de la semaine au cours de laquelle Uber a fait ses débuts pour 8,1 milliards de dollars (6 820 millions d’euros) et 9 600 millions de dollars (8 080 millions d’euros) ont été levés. Les sociétés susmentionnées seront rejoints par les premières de la société israélienne de développement de logiciels JFrog et de la société d’éducation brésilienne Vitru.