Hospitalisé pour covid-19 en dessous de 6000 pour la première fois depuis mai

Les patients se remettent du Covid-19 dans la zone de rééducation de l'hôpital Cayetano Heredia, à Lima (Pérou).  EFE / Paolo Aguilar / Archives
Les patients se remettent du Covid-19 dans la zone de rééducation de l’hôpital Cayetano Heredia, à Lima (Pérou). EFE / Paolo Aguilar / Archive (EFEI0500 /)

Lima, 16 octobre (EFE) .- Le nombre de patients admis dans les hôpitaux péruviens en raison de covid-19 est tombé en dessous de 6000 personnes ce samedi, la première fois que cela se produit depuis les premières semaines de mai, selon les données publiées par le ministère de la Santé.
Au total, à ce jour, 5 940 patients nécessitent des soins médicaux dans le pays, après que 232 personnes ont été libérées de l’hôpital le dernier jour, le chiffre le plus élevé à ce jour en octobre.
Les nouveaux cas déclarés positifs au cours des dernières 24 heures étaient de 3 132, ce qui porte le nombre cumulé de cas à 865 549.
En revanche, 5 279 personnes se sont rétablies de la maladie, pour un total cumulé de 774 356.
Le nombre de morts a atteint 33 702, après avoir ajouté 54 nouveaux décès, également l’un des chiffres les plus bas depuis mai.
Concernant la positivité, les données entre les tests effectués et les cas positifs étaient de 12,8%, supérieures aux 11% de la veille mais toujours dans la tendance à la baisse par rapport aux semaines précédentes où elles étaient supérieures à 20% .
NE BAISEZ PAS VOTRE PROTECTION
Les données positives concernant la maladie conduisent le gouvernement du président Martín Vizcarra à insister auprès de la population pour qu’elle maintienne des mesures de sécurité pour empêcher son épidémie.
“Il est vrai que les indicateurs de la pandémie diminuent à l’échelle nationale; cependant, nous n’avons pas à baisser la garde. Nous devons continuer à prendre soin de nous pour éviter les épidémies”, a insisté le président du Conseil des ministres, Walter Martos, tout en supervisant une opération de contrôle. et surveillance du covid dans le district de Lima de Villa El Salvador.
Parallèlement, le laboratoire chinois Sinopharm a annoncé qu’il augmenterait le nombre de tests de son vaccin contre le covid-19 au Pérou et ajoutera 6000 volontaires supplémentaires aux essais qu’il mène dans le pays depuis début septembre, qui viendront s’ajouter aux 6000 qui ils participent déjà aux enquêtes.
Des chercheurs des universités Cayetano Heredia (UPCH) et Mayor de San Marcos (UNMSM), qui mènent les études vaccinales avec Sinopharm, ont permis ce samedi à la page d’inscription de recruter des volontaires pour les tests de phase III de la maladie. .
Selon l’agence andine officielle, le directeur des enquêtes de l’UPCH, Germán Málaga, ce deuxième groupe de tests sera destiné aux populations vulnérables, c’est-à-dire celles qui risquent davantage de contracter le covid-19.
Ainsi, il a précisé que cet enregistrement vise les agents de santé, les membres de la police et des forces armées, les chauffeurs et collecteurs des transports en commun, les travailleurs des marchés et du nettoyage public, et autres dont l’activité quotidienne implique un contact permanent avec le public.