La Colombie étudie la réouverture de la frontière terrestre avec l’Équateur à partir de novembre

Le président de la Colombie, Iván Duque.  EFE / José Méndez / Archives
Le président de la Colombie, Iván Duque. EFE / José Méndez / Archives (EFEI0500 /)

Bogotá, 17 octobre (EFE) .- Le président colombien Iván Duque a assuré ce samedi que son gouvernement étudie la réouverture de la frontière terrestre avec l’Équateur à partir du 1er novembre prochain, fermée depuis mars en raison de la pandémie de covid-19, pour dont il a déjà discuté avec son homologue Lenín Moreno.
“Ce que nous espérons, c’est que cette semaine (…) nous pourrons avoir une téléconférence avec l’équipe équatorienne pour nous fixer la tâche de rouvrir la frontière à partir du 1er novembre”, a déclaré Duque à Pasto, chef-lieu du département de Nariño, à la frontière de l’Équateur.
Le président a expliqué que le ministre de la Santé, Fernando Ruiz, s’est réuni ces derniers jours avec le comité d’experts, avec lequel il évalue les risques pour prendre une décision.
“Dans le cas particulier de la frontière avec l’Équateur, nous avons eu une interaction permanente avec le président Lenín Moreno, partageant toujours des informations sur la pandémie et les mesures de prévention, etc.”, a-t-il ajouté.
Duque a également déclaré: “Du côté du comité d’experts et en regardant le cas colombien et le comportement de la pandémie dans le département de Nariño, je pense que nous avons une voie positive.”
Cependant, le président a averti que la “réactivation sûre” dépend des citoyens et “d’un contrôle partagé” avec les autorités équatoriennes.
Le 30 septembre, le gouvernement colombien a prolongé jusqu’au 1er novembre la fermeture de toutes ses frontières terrestres, maritimes et fluviales, une mesure pour contenir l’expansion de la pandémie de coronavirus.
Depuis le 18 mars, la Colombie a fermé toutes les frontières terrestres, maritimes et fluviales, comme mesure supplémentaire à celles déjà adoptées pour tenter de contenir l’expansion du covid-19 dans le pays.
La Colombie a des frontières terrestres avec le Venezuela (2 219 kilomètres), le Brésil (1 645), le Pérou (1 626), l’Équateur (586) et le Panama (226).
À l’exception des frontières avec le Venezuela et l’Équateur, qui ont un mouvement intense de personnes et de marchandises à travers divers passages frontaliers, les autres se trouvent dans des territoires de la jungle.