Le gouvernement fédéral a déclaré que le complot visant à kidnapper la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, était dangereux, mal planifié

De gauche à droite, l'accusé Brandon Caserta, son avocat Michael Darragh Hills, ainsi que les accusés Adam Fox, au centre, et Ty Garbin, assistent à une audience au Gerald R. Ford Federal Building à Grand Rapids, Michigan, le 16 octobre.De gauche à droite, l’accusé Brandon Caserta, son avocat Michael Darragh Hills, ainsi que les accusés Adam Fox, au centre, et Ty Garbin, assistent à une audience au Gerald R. Ford Federal Building à Grand Rapids, Michigan, le 16 octobre.

DETROIT – Ils n’ont pas réussi, mais cela ne veut pas dire qu’ils n’étaient pas dangereux.

C’est ce que l’accusation a soutenu pour convaincre un juge d’ordonner à six hommes d’être jugés pour des accusations qu’ils avaient comploté pendant des mois pour kidnapper la gouverneure Gretchen Whitmer parce qu’ils étaient en colère contre son ordre de verrouillage.

«C’était un bon plan? Le procureur adjoint américain Nils Kessler a plaidé devant le tribunal vendredi. “Il ne semble pas qu’ils en aient beaucoup discuté.”

Et cela leur a coûté, dit-il.

“Ces gens se sont fait prendre parce qu’ils sont amateurs”, a déclaré Kessler.

La magistrate juge américaine Sally Berens a conclu que le gouvernement avait des raisons probables d’accuser les six accusés de complot en vue d’un enlèvement, malgré les objections des avocats de la défense qui ont qualifié ces affirmations d ‘”extravagantes” et “absurdes”.

Berens a refusé la caution à quatre accusés cette semaine. Le chef de file accusé, Adam Fox, a consenti à la détention, acceptant de rester enfermé dans l’attente de l’issue de son affaire. Un sixième suspect s’est vu refuser une caution au Delaware et attend son extradition vers le Michigan.

Tous pourraient être condamnés à la prison à vie s’ils sont reconnus coupables.

Regarder: La gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, veut que les hommes qui ont demandé un enlèvement soient traduits en justice

13 octobre: Le FBI dit que le gouverneur de Virginie Northam a également été visé dans un complot visant à kidnapper le gouverneur du Michigan Whitmer

Les avocats de la défense ont fait valoir au tribunal cette semaine qu’il n’y avait pas de véritable plan pour kidnapper Whitmer, juste des passionnés d’armes à feu en colère qui parlent fort. Ils se sont moqués des allégations selon lesquelles le chef du groupe aurait voulu emmener Whitmer sur un bateau et la laisser bloquée dans le lac Michigan.

Ils ont rechigné à une autre affirmation selon laquelle le groupe voulait la conduire au Wisconsin et la juger pour trahison.

“Vraiment? Y a-t-il vraiment un accord ici, ou est-ce juste un discours vague?” L’avocat de la défense Scott Graham a déclaré, affirmant que le «bon sens» suggère qu’il s’agissait d’un «discours vague».

“C’est tellement bizarre”, a déclaré Graham. “L’accord était-il de la jeter dans un lac? … C’est à quel point tout cela est absurde.”

Après deux jours de témoignage, Berens a conclu qu’il y avait des preuves suffisantes pour étayer l’accusation de complot pour kidnapper, citant, entre autres, la surveillance de la maison de vacances de Whitmer au milieu de la nuit.

L’histoire continue

Les cinq membres condamnés à être jugés sont:

Adam Fox, 37 ans.

Ty Garbin, 25 ans.

Kaleb Franks, 26 ans.

Daniel Harris, 23 ans.

Brandon Caserta, 32 ans.

Barry Croft, 44 ans, de Bear, Delaware, s’est vu refuser la caution cette semaine et attend son extradition pour faire face à l’accusation de complot.

Une menace crédible ou simplement parler?

Les avocats de la défense ont tenté pendant deux jours de convaincre le juge que leurs clients méritaient d’être libres sous caution, arguant que les suspects étaient des propriétaires légitimes d’armes à feu qui organisaient des exercices d’entraînement, des potlucks et aimaient jouer au paintball.

Le FBI a observé le groupe pendant des mois et intégré des informateurs rémunérés et des agents d’infiltration qui ont enregistré des conversations et filmé des activités qui ont conduit à des accusations criminelles.

L’avocat Mark Satawa, qui représente Garbin, a demandé au juge de libérer son client sous caution et de le laisser vivre avec ses parents, avec une attache pour la sécurité. Il a fait valoir que Garbin n’a “aucun antécédent criminel” et a un bon travail de 28 $ l’heure en tant que mécanicien de ligne. Son père, un vétéran de l’armée, pouvait le surveiller.

«Il n’y a rien que mon client puisse faire pour mettre la communauté en danger dans ces circonstances», a soutenu Satawa. “Verrouillez M. Garbin, bien sûr. Mais à la maison.”

Kessler a soutenu que Garbin était plus qu’un «spectateur» dans l’intrigue. Kessler a dit au juge Garbin:

J’ai enfermé la maison de vacances du gouverneur la nuit.

Envoyé un texto sur le fait de faire sauter un pont pour ralentir la police.

Offert de peindre son bateau pour la “pêche de nuit” dans le cadre de la mission d’enlèvement sur le lac.

Avait la capacité de fabriquer des armes à feu.

Kessler a souligné que ni les parents de Garbin ni les appareils électroniques ne pouvaient assurer la sécurité du public.

“Il pourrait partir,” argumenta Kessler. “Et nous ne saurions pas où il était.”

Selon un affidavit du FBI, le chef de file accusé, Fox, a qualifié Whitmer de “tyran pute” sans “freins et contrepoids” qui devait être démantelé. Fox vivait dans le sous-sol d’un magasin sous vide de la région de Grand Rapids avec ses deux chiens, selon le témoignage de la salle d’audience.

Fox était membre du groupe Michigan Home Guard mais est parti pour des raisons inconnues, a déclaré l’agent du FBI Richard Trask cette semaine. Il s’est associé à des membres du groupe Wolverine Watchmen, mais il n’est pas clair qu’il en soit devenu membre, a déclaré Trask au tribunal.

Fox était également associé à un groupe appelé Michigan Patriot 3% et figurait sur une page Facebook en tant que chef ou président, a témoigné Trask.

Un affidavit déposé jeudi dans une affaire connexe impliquant huit accusés de l’État a déclaré que le groupe était impliqué dans la planification de «divers actes de violence», y compris l’enlèvement de politiciens et la prise d’assaut du Capitole de l’État à Lansing.

Dans des documents judiciaires, le FBI dépeint Fox comme un chef de milice voyou qui recherchait des individus partageant les mêmes idées sur les réseaux sociaux pour mener une guerre civile contre des représentants du gouvernement qu’il croyait excessifs. Il était particulièrement en colère contre l’ordonnance de verrouillage de Whitmer, selon les archives judiciaires, et craignait que les droits des armes à feu ne soient menacés.

La famille de Fox a refusé de commenter.

Défense: l’affaire ne fait que commencer

Après les comparutions devant le tribunal vendredi, les avocats des suspects ont continué d’essayer de mettre en doute s’il s’agissait d’un plan sérieux ou simplement d’une idée qui avait été lancée.

“Nous les avons entendus décrire plusieurs choses, d’une conférence au Capitole, d’une manifestation au Capitole, à un possible enlèvement, à d’autres choses qu’ils prévoyaient de faire mais n’ont jamais fait”, a déclaré Douglas Parker, avocat de Daniel Harris, dans une interview après comparution matinale de son client devant la cour fédérale.

L'avocat Parker Douglas représente Daniel Harris.L'avocat Parker Douglas représente Daniel Harris.L’avocat Parker Douglas représente Daniel Harris.

“Cela m’a donc posé des questions”, a-t-il déclaré. “Je ne connais pas tous les messages qui circulaient entre les membres. Je ne sais pas combien d’idées ils avaient pour faire des choses qu’ils n’ont jamais suivies, et c’est une chose que nous (les avocats de la défense) avons tous retirée. était, il y a beaucoup de discussions – y a-t-il quelque chose? “

Parker a déclaré que Harris n’avait pas participé à la surveillance nocturne de la maison de vacances de Whitmer.

“Nous sommes dans une période si précoce”, a déclaré Parker. «Tout ce que je veux que les gens sachent, c’est que nous sommes encore au début de cette affaire. Nous n’avons même pas toutes les preuves que le gouvernement le fait, donc tout ce que je dirais, c’est de garder l’esprit ouvert, et jusqu’à ce qu’un le jury dit le contraire, ces gens sont aussi innocents que vous et moi. “

Satawa, un avocat basé à Southfield pour Garbin, a fait écho à Parker lors des entretiens après l’audience de vendredi. Satawa a suggéré que la liberté d’expression et de réunion serait un problème dans la stratégie de défense.

«Beaucoup de gens possèdent beaucoup d’armes», a-t-il dit. «Si je m’assois ici et que je dis: ‘Nous devons abattre Trump’, en référence aux élections du 3 novembre, est-ce que je commets un crime simplement parce que je possède des armes? ? Ou faut-il plus que ça?

“Nous pensons que lorsque toute l’histoire sera racontée, notre client sera justifié dans cette affaire, mais cela doit se produire là-bas, au palais de justice”, a déclaré Satawa, “et non pas ici et dans les journaux.”

Contribuant: Eric Seals et ML Elrick, Detroit Free Press; Carolyn Muyskens et Arpan Lobo, Holland Sentinel

Suivez Tresa Baldas sur Twitter: @Tbaldas.

Cet article a été initialement publié sur Detroit Free Press: le gouverneur du Michigan Gretchen Whitmer kidnappe les suspects d’un complot