Le parti travailliste de Jacinda Ardern remporte une victoire écrasante

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a remporté une victoire écrasante aux élections générales du pays.

Avec tous les votes comptés, le parti travailliste de centre-gauche de Mme Ardern a remporté 49,1%, apportant 64 sièges prévus et une rare majorité parlementaire pure et simple.

Le Parti national d’opposition de centre-droit a remporté 26,8% au scrutin de samedi – seulement 35 sièges dans l’assemblée de 120 sièges.

Le scrutin devait initialement se tenir en septembre, mais a été reporté d’un mois après une nouvelle épidémie de Covid-19.

Avant le vote de samedi, plus d’un million de personnes ont voté lors du scrutin anticipé, qui s’est ouvert le 3 octobre.

Les Néo-Zélandais ont également été invités à voter lors de deux référendums parallèlement aux élections générales.

La majorité pure et simple d’Ardern

Le décompte final de la Commission électorale a également donné à ACT Nouvelle-Zélande 8% des voix (10 sièges prévus), les Verts 7,6% (10), le Parti maori 1% (1) et les autres 7,7% (0).

Élection générale de la Nouvelle-Zélande.  Sondage final et projection des sièges.  La majorité nécessite 61 sièges en 120 sièges.Élection générale de la Nouvelle-Zélande.  Sondage final et projection des sièges.  La majorité nécessite 61 sièges en 120 sièges.Élection générale de la Nouvelle-Zélande. Sondage final et projection des sièges. La majorité nécessite 61 sièges en 120 sièges.

Mme Ardern, 40 ans, a déclaré à ses partisans après la victoire: «La Nouvelle-Zélande a montré au Parti travailliste son plus grand soutien depuis près de 50 ans. Nous ne prendrons pas votre soutien pour acquis. Et je peux vous promettre que nous serons un parti qui gouvernera pour chaque Néo-Zélandais. “

La chef du Parti national (NAT), Judith Collins, a félicité Mme Ardern et a promis que son parti serait une «opposition robuste».

“Trois ans se seront écoulés en un clin d’œil”, a-t-elle déclaré, faisant référence à la prochaine élection prévue. “Nous serons de retour.”

Judith CollinsJudith CollinsJudith Collins du Parti national a concédé sa défaite

Aucun parti n’a réussi à obtenir une majorité absolue en Nouvelle-Zélande depuis qu’il a introduit un système de vote connu sous le nom de représentation proportionnelle mixte (MMP) en 1996.

Mme Ardern, qui a surnommé le sondage “l’élection de Covid”, s’est engagée à instaurer des politiques plus respectueuses du climat, à augmenter le financement des écoles défavorisées et à augmenter les impôts sur les revenus les plus élevés.

Une grande victoire portée par la puissance des étoiles

Par Shaimaa Khalil, BBC Nouvelles

Cela n’allait jamais être une élection déchirante. Les sondages d’opinion avaient confortablement mis Mme Ardern sur la bonne voie pour gagner un second mandat. Les résultats ont confirmé ce que tout le monde savait déjà.

L’histoire continue

La vraie question était de savoir dans quelle mesure Jacinda Ardern et son parti allaient gagner et selon la norme de n’importe qui, c’est une victoire remarquable.

C’est une grande victoire pour un parti qui a été porté par le pouvoir vedette de son chef. Mme Ardern a conduit la Nouvelle-Zélande à travers une attaque terroriste, une catastrophe naturelle et une pandémie mondiale – et l’a fait en se concentrant sur la gentillesse et la compassion.

Mais les choses vont être différentes au cours du deuxième mandat. La Nouvelle-Zélande est en récession pour la première fois en 11 ans et le Parti travailliste a été critiqué pour ne pas avoir de plan de relance clair pour Covid-19. Une grande partie du travail consistera à redresser l’économie avec la pandémie toujours imminente.

Il faudra plus que la popularité et le charisme de Mme Ardern pour y parvenir.

Sur quoi d’autre les gens ont-ils voté?

En plus de choisir leur candidat et leur parti préférés, les Néo-Zélandais ont également été invités à voter lors de deux référendums: le choix de fin de vie sur l’euthanasie et la légalisation du cannabis.

Documents d'information de la Commission électorale néo-zélandaise sur le choix de fin de vie (euthanasie) et les référendums sur la légalisation et le contrôle du cannabis, votés dans le cadre des élections 2020.Documents d'information de la Commission électorale néo-zélandaise sur le choix de fin de vie (euthanasie) et les référendums sur la légalisation et le contrôle du cannabis, votés dans le cadre des élections 2020.Les Néo-Zélandais ont également voté lors de deux référendums

Le premier vise à donner aux personnes en phase terminale la possibilité de demander l’aide à mourir. Il s’agit d’un vote contraignant, ce qui signifie qu’il sera adopté si plus de 50% votent «oui».

Le deuxième est de savoir si l’usage récréatif du cannabis devrait devenir légal.

Ceci n’est cependant pas contraignant – ce qui signifie que même si une majorité de gens votent “oui” – le cannabis pourrait ne pas devenir légal tout de suite. Il appartiendrait toujours au nouveau gouvernement de présenter un projet de loi pour légaliser cela.

Les résultats préliminaires des deux référendums seront annoncés le 30 octobre.

Comment fonctionne le système de vote de la NZ?

La Nouvelle-Zélande a une élection générale tous les trois ans. Dans le cadre de son système MMP, les électeurs sont invités à voter deux fois – pour leur parti préféré et pour leur électorat, ou circonscription, député.

Un parti doit recevoir plus de 5% des voix du parti ou remporter un siège électoral pour entrer au parlement, bien qu’il existe des garanties pour les candidats maoris.

Cérémonie d'ouverture officielle de la 51e législature au Parlement le 21 octobre 2014 à Wellington, Nouvelle-ZélandeCérémonie d'ouverture officielle de la 51e législature au Parlement le 21 octobre 2014 à Wellington, Nouvelle-ZélandeUne cérémonie d’ouverture du parlement plus tôt

Les partis doivent généralement travailler ensemble, aboutissant à des gouvernements de coalition.

En 2017, le Parti national a remporté le plus de sièges, mais n’a pas pu former de gouvernement et les travaillistes ont formé une coalition avec les Verts et la Nouvelle-Zélande d’abord, un parti nationaliste.