Les manifestations de Kansas City se poursuivent après que le policier chargé de l’arrestation violente d’une femme enceinte reste au travail

Deja Stallings était enceinte de neuf mois il y a deux semaines lorsque la police l’a malmenée lors d’une manifestation à Kansas City

Deja décroche dit qu’elle essayait simplement de protéger une amie lorsqu’elle a été arrêtée lors d’une manifestation à Kansas City, Missouri, il y a deux semaines. Lors de son arrestation, Stallings a été jeté au sol et agenouillé dans le dos par un policier qui reste au travail. Il s’avère que le même policier a également été renvoyé dans la rue après avoir tué par balle un homme noir non armé en mars.

Lire la suite: Un homme noir condamné à perpétuité pour avoir volé des taille-haies libérés après 24 ans

Maintenant, les manifestants se battent pour destituer le chef de la police de la ville, Rick Smith. Ils ont occupé l’hôtel de ville pendant les 14 derniers jours pour demander justice dans le cas de Stalling et une refonte de l’ensemble du département, rapporte Yahoo News.

Stallings avait sa petite fille, Dsyre, ce matin mais son avocat, Stacy Shaw, dit que le bébé avait des difficultés avec une fréquence cardiaque élevée et a dû être traité dans l’unité de soins intensifs.

«Nous voulons tenir le policier et le KCPD responsables devant le tribunal de ce qui est arrivé à Deja», a déclaré Shaw. «Nous faisons pression pour que la police révise sa politique d’utilisation de la force pour inclure les femmes enceintes… et nous cherchons à avoir des révisions budgétaires pour mettre fin à ce cycle de violence.»

Deja décroche (GoFundMe)Deja décroche (GoFundMe)Deja décroche (GoFundMe)

Tel que rapporté par theGrio, Stallings dit qu’elle était présente à une manifestation dans une station-service pour honorer une victime de violence organisée par un activiste local. La police allègue qu’elle était l’une des personnes qui ont empêché l’arrestation d’un homme sur les lieux qui, selon eux, était un «intrus». L’agent de sécurité des stations-service a appelé la police, alléguant qu’une bagarre était en cours, mais Stallings a déclaré qu’elle n’était qu’une spectatrice.

“[The police] est venu là-bas deux fois… nous harcelant », a déclaré Stallings, 25 ans, à Yahoo News. «Puis ils sont partis et sont revenus à nouveau en disant [one man] était une intrusion. J’étais là-bas comme tout le monde essayant d’enregistrer [on her phone] et l’officier m’a poussé. Quand il m’a poussé, je lui ai dit: «Ne me poussez pas, car vous n’avez pas le droit de me pousser. Il a dit: «Vous allez en prison». C’est alors qu’il m’a jeté sur le ventre et a mis son genou dans mon dos.

L’histoire continue

Stallings a reçu une citation pour entrave à l’arrestation. L’officier n’a été ni discipliné ni démis de ses fonctions et la police de Kansas City a refusé de l’appeler. Mais l’avocat de Stallings dit que son nom est Blayne Newton, un policier de Kansas City qui a tué un homme non armé, Donnie Sanders, en mars lors d’une poursuite après un arrêt de la circulation.

Des militants ont déclaré à ABC News que le service de police de la ville avait un problème permanent de brutalité et souhaitait que le département soit défondé d’au moins 50%, ce qui a attiré le soutien des membres du conseil municipal.

Conseiller Eric Bunch a déclaré lors d’un rassemblement de soutien à Stallings la semaine dernière que le budget de la police de 272 millions de dollars de la ville était supérieur aux budgets des autres services essentiels de la ville combinés, mais que cet argent n’avait pas conduit à une diminution des crimes violents.

«Nous n’avons littéralement pas l’argent pour soutenir les soins de santé vitaux et les problèmes de qualité de vie précisément parce que nous nous sommes résignés à une réalité dans laquelle l’application de la loi est le seul outil pour résoudre ces problèmes complexes», a-t-il déclaré à ABC.

Compte tenu de la persistance de la brutalité sanctionnée par l’État dans la communauté noire, Stallings a déclaré à ABC News dans un communiqué publié par son avocat, que sa fille alors à naître était une «victime de violence policière» qu’elle espérait être le «dernier enfant qui soit victime de KCPD. »

Smith dit que l’occupation de l’hôtel de ville se poursuivra jusqu’à ce que Stallings voit justice après l’arrestation violente.

Lire la suite: Oakland et Portland poursuivent en justice pour l’utilisation d’agents fédéraux lors de manifestations

«Nous avons déclaré que nous occuperons le siège du gouvernement, ici même sur cette pelouse, jusqu’à ce que nos demandes soient satisfaites ou que nous soyons expulsés de force et violemment de la propriété», a déclaré Shaw à ABC. «Et si nous sommes violemment expulsés, nous serons de retour le lendemain.»

Les manifestations après Kansas City se poursuivent après que l’agent dans l’arrestation violente d’une femme enceinte reste au travail est apparu en premier sur TheGrio.