La Lune de la Terre est peut-être la raison pour laquelle nous sommes tous ici aujourd’hui – .

Une nouvelle étude suggère que la Lune terrestre a peut-être été vitale pour la protection de l’atmosphère terrestre au début de son développement.
Une sorte de «bouclier lunaire» a pu protéger l’atmosphère longtemps du Soleil, donnant à la vie sur Terre l’occasion de s’enraciner.
Les missions sur la Lune dans les années à venir pourraient prouver que cette théorie est correcte.

Grâce au travail incroyable de scientifiques du monde entier, nous en savons beaucoup sur la façon dont la vie a pris racine ici sur Terre. Nous savons qu’une combinaison d’eau, de chaleur et peut-être même d’impacts d’objets extraterrestres a probablement joué un rôle en prenant les éléments constitutifs de la vie et en les transformant en quelque chose de plus. Cependant, une nouvelle étude suggère que la Lune a peut-être joué un rôle central dans le maintien de l’habitabilité de la Terre à ces tout premiers jours.

La Terre n’a pas toujours été habitable, bien sûr. Il a commencé comme une roche volatile avec très peu de ressources vitales. Le rayonnement intense du Soleil a peut-être menacé de dégrader l’atmosphère terrestre à un point que la vie ne pourrait jamais rattraper, mais la Lune, en fin de compte, a peut-être beaucoup aidé.

Dans un nouveau document de recherche publié dans Science Advances, des chercheurs dirigés par une équipe de la NASA explorent la probabilité qu’un champ magnétique partagé entre la Terre et sa Lune ait fourni une protection supplémentaire à l’atmosphère de notre planète et lui a permis de rester suffisamment robuste pour soutenir la vie.

“La Lune semble avoir présenté une barrière protectrice substantielle contre le vent solaire pour la Terre, ce qui était essentiel à la capacité de la Terre à maintenir son atmosphère pendant cette période”, a déclaré Jim Green de la NASA, auteur principal de l’étude, dans un communiqué. «Nous sommes impatients de donner suite à ces découvertes lorsque la NASA enverra des astronautes sur la Lune via le programme Artemis, qui renverra des échantillons critiques du pôle sud lunaire.»

En utilisant des simulations informatiques pour brosser un tableau plus clair de la relation entre la Terre et la Lune il y a environ quatre milliards d’années, l’équipe a pu démontrer comment la magnétosphère de la Lune aurait pu fournir une sorte de bouclier contre la dure sortie de matière du Soleil.

«Comprendre l’histoire du champ magnétique de la Lune nous aide à comprendre non seulement les premières atmosphères possibles, mais aussi comment l’intérieur lunaire a évolué», explique David Draper de la NASA, co-auteur de l’étude. «Cela nous dit à quoi aurait pu ressembler le noyau de la Lune – probablement une combinaison de métal liquide et solide à un moment de son histoire – et c’est une pièce très importante du puzzle du fonctionnement de la Lune à l’intérieur.

Une fois que les missions Artemis avec équipage commenceront en 2024 (ou peu de temps après, si la NASA ne peut pas clouer la date incroyablement ambitieuse fixée par l’administration Trump), nous aurons une meilleure idée de la façon dont la Lune a pu affecter et protéger le jeune Terre. Nous pouvons même découvrir que nous devons nos vies, et la vie de tout sur la planète, à notre pâle protecteur blanc.

Mike Wehner a rendu compte de la technologie et des jeux vidéo au cours de la dernière décennie, couvrant les dernières nouvelles et les tendances de la réalité virtuelle, des appareils portables, des smartphones et des technologies futures. Plus récemment, Mike a occupé le poste de rédacteur technique au Daily Dot et a été présenté dans USA Today, Time.com et d’innombrables autres sites Web et imprimés. Son amour du reportage est juste après sa dépendance au jeu.