Réglementer la concurrence à l’époque de Covid-19

En dehors de ces mesures, CCI a échangé des idées avec d’autres agences de concurrence des marchés développés pour voir ce qui peut être appliqué aux marchés indiens.

Par Ashok Kumar Gupta

Covid-19 est devenu le principal défi pour les pays du monde entier en 2020. Bien que la pandémie ait des implications sanitaires évidentes, elle a donné lieu à de graves conséquences économiques à gérer. Des verrouillages de divers degrés ont été imposés afin d’aplatir la courbe de l’augmentation des infections à Covid-19. Cela a entraîné des perturbations brutales et sans précédent dans le cours normal des activités économiques. Covid-19 a également provoqué une augmentation soudaine de la demande pour certains produits tout en déclenchant des pénuries pour d’autres. La réponse à la pandémie et à la situation économique qui en découle justifie des mesures extraordinaires.

Les entreprises ont mis au point de nouvelles stratégies pour surmonter la volatilité de l’offre et de la demande et les fluctuations de prix des biens et services qui en résultent.

Conscientes des mesures qui pourraient être adoptées par certaines entreprises en réponse à la pandémie pour répondre à la demande des consommateurs pour certains articles essentiels, diverses autorités de la concurrence à travers le monde ont émis des avis visant à garantir un comportement équitable des entreprises sur le marché afin de les aider à formuler des stratégies commerciales appropriées.

En Inde, la Commission indienne de la concurrence (CCI) a observé de près l’évolution rapide et dynamique de la situation résultant du Covid-19, et a pris des mesures proactives pour dialoguer avec les parties prenantes et fournir des conseils en ces temps difficiles sur son point de vue. Compte tenu des restrictions imposées aux mouvements physiques, CCI a immédiatement autorisé la flexibilité dans ses procédures – y compris le dépôt électronique des affaires antitrust ainsi que les avis combinés, y compris les notifications Green Channel et le report des affaires non urgentes. CCI a également mis à disposition la fonction de consultation préalable au dépôt (PFC) pour les combinaisons par vidéoconférence. Un service d’assistance téléphonique dédié a été mis en place pour répondre aux demandes des parties prenantes pendant la pandémie. Des avis publics pertinents ont été régulièrement publiés sur le site Web de CCI pour information des parties prenantes concernées. CCI a également mis en place un mécanisme permettant de mener des procédures par vidéoconférence pour éviter les contacts physiques et la présence. Pour les procédures physiques également, CCI a pris toutes les dispositions nécessaires pour s’assurer que celles-ci se déroulent dans un
environnement. Ces initiatives ont facilité le fonctionnement et l’interface des parties prenantes avec CCI au cours des six derniers mois.

Pour inspirer confiance aux parties prenantes que nous avons la capacité et la capacité requises pour faire face aux défis découlant de ces temps difficiles et aussi pour donner de la clarté, CCI, comme d’autres juridictions avancées, a publié un avis en avril pour guider les entreprises pendant cette pandémie. CCI a reconnu que les entreprises peuvent avoir besoin de coordonner certaines activités en partageant des données sur les niveaux de stock, les horaires de fonctionnement, le partage du réseau de distribution et des infrastructures, la logistique de transport, la R&D, la production, etc., pour assurer l’approvisionnement et la distribution continus des produits, y compris soins de santé et produits médicaux et autres services connexes. Dans ce contexte, il est important de noter que la loi de 2002 sur la concurrence interdit les comportements qui causent ou sont susceptibles de causer un effet défavorable appréciable sur la concurrence, et que l’article 3 (3) de la loi présume que certaines actions concertées entre concurrents effet négatif sensible sur la concurrence. Cette présomption n’est toutefois pas applicable aux coentreprises, si de tels accords augmentent l’efficacité de la production, de la fourniture, de la distribution, du stockage, de l’acquisition ou du contrôle des biens ou de la prestation de services. De plus, lors de l’évaluation de la concurrence, la loi permet à CCI de tenir dûment compte, entre autres, de l’accumulation d’avantages pour les consommateurs, de l’amélioration de la production ou de la distribution de biens ou de la fourniture de services, et de la promotion du développement technique, scientifique et économique par des moyens de production ou de distribution de biens ou de prestation de services.

Ces garanties intégrées de la Loi visant à protéger les entreprises contre des sanctions pour certains comportements coordonnés ont été mises en évidence dans l’avis, à condition que de telles dispositions, comme mentionné ci-dessus, entraînent des gains d’efficacité. Dans le même temps, nous sommes conscients que les poussées soudaines de la demande, ainsi que les perturbations des chaînes d’approvisionnement, sont sujettes à l’exploitation par les entreprises par le biais de prix excessifs et de collusion. Les entreprises ont donc été mises en garde de ne pas profiter du Covid-19 pour contrevenir à l’une des dispositions de la loi. Tout comportement sous forme de partage d’informations sur les prix, les volumes de production, les clients ou la délimitation des marchés ou la fixation des prix serait soumis à une stricte vigilance. Par son avis, CCI a défini le cadre qui éclairera ses décisions dans les circonstances actuelles. Cela aurait facilité la prise de décision par les entreprises pour répondre aux demandes émergentes découlant de la crise sans se soucier indûment des rendez-vous réglementaires.

CCI, dans ses décisions récentes, a également été consciente du stress de liquidité des micro, moyennes et petites entreprises résultant de la pandémie mondiale qui fait rage et a élaboré des remèdes proportionnés pour atteindre les objectifs plus larges de la correction du marché.

En dehors de ces mesures, CCI a échangé des idées avec d’autres agences de concurrence des marchés développés pour voir ce qui peut être appliqué aux marchés indiens. CCI a également signé la “ Déclaration des autorités de la concurrence du BRICS sur Covid-19 ”, exprimant son intention de s’associer aux efforts pour lutter contre les conséquences économiques négatives causées par Covid-19, en partageant les expériences, les informations et les pratiques sur le développement de la concurrence pendant et après la pandémie pour le bénéfice de la société et des économies. CCI a également collaboré avec les parties prenantes pour prendre toute autre mesure qui pourrait être nécessaire dans le contexte actuel.

Bien que les temps aient été durs et qu’il y ait des défis à relever, la situation actuelle nous a permis de revoir nos systèmes et a fourni de nombreux enseignements qui nous ont équipés pour agir tout de suite dans toutes les circonstances difficiles. Nous nous sommes bien adaptés à la nouvelle normalité et sommes prêts à prendre toutes les mesures nécessaires pour faire face aux effets anticipés de la pandémie.

L’auteur est président de la Commission de la concurrence de l’Inde

Obtenez en direct les cours des actions de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, calculez votre impôt à l’aide du calculateur d’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants du marché, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.