Amazon poursuit le procureur de New York pour éviter une éventuelle action en justice

Le géant du commerce électronique Amazon a intenté un procès vendredi contre le procureur général de New York, Letitia James, pour éviter une éventuelle action en justice concernant ses protocoles de sécurité COVID-19.

Dans le procès, intenté devant le tribunal fédéral de New York, Amazon a accusé Letitia James d’avoir outrepassé ses droits en ordonnant une enquête, qui a révélé qu’Amazon avait violé les règles de sécurité contre le COVID-19.

Dans les premiers jours de la pandémie, Amazon a dû faire face à différentes plaintes lorsque ses travailleurs  ont protesté contre les conditions de travail dans son entrepôt de New York, ce qui a conduit à une enquête du bureau du procureur général.

Chris Smalls, un assistant administratif, a déclaré avoir été licencié après avoir organisé une grève en mars dernier pour améliorer les règles sanitaires a l’intérieur de l’entreprise, lorsque la pandémie a commencé à se propager parmi le personnel de l’entrepôt.

Pour sa part, Amazon prétend au contraire l’avoir licencié pour avoir violé à plusieurs reprises les règles de distanciation sociale. Amazon affirme de son côté que ses pratiques de sécurité contre les coronavirus “dépassaient de loin” ce que l’État exigeait à l’époque, et qu’une inspection inopinée de l’administration sanitaire le 30 mars l’a prouvé.

La procureur Letitia James a déclaré dans un communiqué que le procès “n’est rien d’autre qu’une triste tentative d’Amazon de détourner l’attention des faits et d’esquiver la responsabilité de ses échecs à protéger ses travailleurs d’un virus mortel“.

Letitia James a également déclaré que tout au long de la pandémie, les employés d’Amazon ont été contraints de travailler dans des conditions dangereuses, “alors que l’entreprise et son PDG ont gagné des milliards sur leur dos“.

Personne ne nous intimidera, surtout pas les brutes des entreprises qui font passer les profits avant la santé et la sécurité des travailleurs“, “Nous poursuivons nos efforts pour protéger les travailleurs contre l’exploitation et nous continuerons à examiner toutes nos options juridiques“, a-t-elle déclaré.