AOL et Yahoo existent encore ? Une société accepte d’acheter ces deux reliques du début d’Internet pour 5 milliards de dollars !

Apollo Global Management, la société de capital-investissement cofondée par le magnat de Wall Street Leon Black, a accepté d’acheter deux des plus grands noms has been des débuts de l’Internet grand public – Yahoo et AOL – pour 5 milliards de dollars.

L’opération de rachat de l’unité médias de Verizon, y compris Yahoo et AOL, a rapidement suscité des moqueries après son annonce lundi. “C’est une nouvelle intéressante“, a déclaré l’animateur de podcast Mark Eastman.

En effet, Yahoo et AOL ont perdu beaucoup de terrain depuis qu’ils étaient des acteurs omniprésents à l’époque où Internet s’est développé comme un gigantesque marché de consommation et une place publique dans les années 1990 et au début des années 2000. Les sociétés avaient des valeurs de marché combinées dépassant 300 milliards de dollars au tournant du millénaire, avant d’être dépassées par les géants actuels de la technologie.

Stephen Shankland, rédacteur en chef de CNET News, a fait remarquer que le prix d’achat actuel de l’ensemble de l’activité médias de Verizon est à peu près équivalent à la différence entre ce que Microsoft était prêt à payer lors des négociations pour racheter Yahoo pour près de 45 milliards de dollars et le prix que la direction de Yahoo exigeait.

Yahoo et AOL avaient depuis longtemps dépassé leurs sommets lorsque Verizon les a achetés pour un montant combiné de 9 milliards de dollars en 2015 et 2016, respectivement. Le trafic s’est encore érodé depuis lors. Par exemple, Yahoo a perdu 34 % de son audience entre 2017 et 2019.

Verizon recevra 4,25 milliards de dollars en espèces pour Yahoo, AOL et ses autres actifs médias. Elle conservera une participation de 10 %, soit 750 millions de dollars, dans l’entreprise, qui sera rebaptisée simplement Yahoo, selon Apollo. Guru Gowrappan de Yahoo restera au poste de directeur général.

Les sociétés de capital-investissement découpent généralement les entreprises acquises et réduisent les coûts, au moins en partie par des suppressions d’emplois, afin de les rendre rentables avant de les vendre pour réaliser des gains importants. Mais M. Gowrappan a déclaré que le rachat par Apollo, qui devrait être finalisé au cours du second semestre de cette année, aidera Yahoo à accélérer sa croissance.

Nous croyons fermement aux perspectives de croissance de Yahoo et aux vents macroéconomiques favorables à la croissance des médias numériques, des technologies publicitaires et des plateformes Internet grand public“, a déclaré David Sambur, associé principal chez Apollo.