Bercy va-t-il raboter votre PEL ?

Vu les effets de la Covid 19 sur l’économie mondiale, la banque de France s’inquiète. Elle interpelle notamment les autorités sur les vieux PEL dont les taux rémunérés entre 3,50 % et 10 % alourdissent le financement de l’économie nationale.

Présentation de la situation actuelle

Le PEL (Plan d’Épargne Logement) est l’un des placements préférés des français. Ils sont d’ailleurs nombreux à en détenir. Cependant, il se pose un problème. En effet, contrairement aux PEL souscrits depuis 2016 et rémunérés à 1 %, près de 40 % des PEL souscrits depuis plus de 10 ans sont toujours rémunérés entre 3,50 % et 10 %.

Par ailleurs très peu de français disposant d’un vieux PEL pensent à clôturer leur compte. Pour preuve, durant le 2nd semestre de 2019, 4 % des PEL ouverts avant 2011 ont été fermés, contre 8 % de ceux contractés après 2011. Cette différence dans les taux, pèse sur le financement de l’économie nationale et inquiète la banque de France. En effet, les banques françaises sont les premières à souffrir de ce déséquilibre monétaire du marché.

Impact sur les banques

Globalement, les banques françaises économiseraient près de 4 milliards d’euros par an si les taux des PEL ouverts avant 2011 étaient ramenés à 1 % comme pour les nouveaux PEL. En plus, disposer de cet argent permettrait aux banques de baisser les coûts des crédits d’une part. D’autre part cela aiderait à booster l’économie nationale. La situation actuelle est une vraie problématique pour les institutions financières. En effet, ces anciens PEL représentent dans le passif bancaire, des encours dont le coût ne diminue pas.

Souscrits depuis longtemps, ces PEL profitent à une communauté d’épargnants qui ne voient d’ailleurs aucun intérêt à s’en défaire. Loin de représenter la réalité du marché, ces taux ne permettent pas à l’économie française de fonctionner correctement. La question est alors de savoir si le gouvernement prévoit une réforme en ce sens.

Aucun changement en vue

Face à cette situation économique complexe, les banques souhaiteraient qu’une réforme concernant les anciens PEL soit mise en Place, mais c’est chose impossible. Selon la cellule de communication du Ministère de l’Économie, il n’est pas possible de toucher à ces PEL. Cela s’explique simplement par le fait que les taux incriminés ont été définis contractuellement lors de leur ouverture.

Cependant, il est possible que le gouvernement agisse une fois de plus sur les nouveaux PEL. Cela avait déjà été fait et a entraîné une transformation au bout de 15 ans, des PEL ouverts à partir de mars 2011 en compte sur livret, fiscalisé et rémunéré à l’appréciation des banques. Par ailleurs, les PEL ouverts depuis 2018 sont fiscalisés dès la première année.