Binance brûle 400 millions de dollars de BNB !

Binance a annoncé hier qu’elle venait de terminer son seizième brûlage trimestriel de jetons BNB, retirant 1 296 728 jetons BNB (soit 393 673 653,52 $ au moment de l’annonce) de la circulation.

Si cette somme peut sembler exorbitante, il convient de garder à l’esprit qu’il s’agit en fait de la deuxième plus importante réduction de jetons de Binance en quatre ans d’existence. La plus grande combustion a eu lieu en avril dernier, lorsque la bourse a détruit près de 600 milliards de dollars de BNB.

À l’époque, le PDG de Binance, Changpeng « CZ » Zhao, avait déclaré sur Twitter : « Imaginez brûler un demi-milliard de dollars, attendez, n’imaginez pas. C’est réel. »

Pourquoi la plus grande bourse du monde rachète-t-elle autant de liquidités chaque trimestre pour ensuite les détruire ? Pour la même raison que les banques centrales des États rachètent leur propre monnaie en cas de besoin et la retirent de la circulation. En brûlant des crypto-monnaies, Binance réduit l’offre liquide, augmentant ainsi la rareté des jetons BNB ajoutant une pression à la hausse sur la valeur du jeton dans un processus qui, en théorie, profite aux détenteurs de BNB comme à la bourse.

Dans son premier livre blanc sur le jeton BNB, Binance s’engageait à brûler 20 % de ses bénéfices trimestriels. Cette année, la bourse a subrepticement supprimé ce chiffre de son livre blanc, arguant qu’elle suivait un avis juridique, mais que « le même montant sera détruit au final. »

En travaillant à rebours à partir d’un chiffre de 400 millions de dollars, si Binance brûle toujours un cinquième de ses bénéfices trimestriels, cela signifierait que la bourse a gagné 2 milliards de dollars depuis le burn record d’avril.

Les problèmes de réglementation de Binance

La crypto-monnaie fait actuellement l’objet d’une répression mondiale et les autorités de plusieurs payas ont placé Binance dans leur ligne de mire réglementaire.

Rien qu’au cours du mois dernier, la bourse a fait l’objet d’un examen minutieux de la part des régulateurs en Grande-Bretagne et en Europe. À la fin du mois de juin, la Financial Conduct Authority du Royaume-Uni a interdit à Binance Markets d’entreprendre toute activité réglementée au Royaume-Uni et a émis une mise en garde à l’intention des consommateurs, faisant état de préoccupations concernant les normes anti-blanchiment de Binance.

Une semaine plus tard, la banque britannique Barclays a empêché ses clients d’envoyer de l’argent à Binance, leur expliquant que cette interdiction avait pour but de « protéger votre argent« .

Lundi dernier, le processeur de paiements européen Clear Junction, basé à Londres, a également cessé de traiter les transactions avec Binance, invoquant la conformité avec les nouvelles réglementations de la FCA.

CZ pense finalement que la conformité est une étape nécessaire sur la voie de l’adoption massive. Le 7 juillet, il a tweeté : « Je crois qu’un cadre juridique et réglementaire bien développé sur le long terme sera une base solide qui rendra vraiment la crypto essentielle dans la vie quotidienne de chacun. »