Binance est également interdit d’opérer en Italie !

La Commission nationale italienne du marché des valeurs mobilières (CONSOB) a publié une déclaration selon laquelle les sociétés appartenant au groupe Binance ne sont pas autorisées à offrir des services d’investissement dans le pays européen.

Cela inclut l’offre « via le site www.binance.com« , précise le texte, publié mercredi 15 juillet. Bien que l’avertissement soit général, le document mentionne spécifiquement les sections sur les produits dérivés et les jetons d’actions de sociétés, qui ont été particulièrement controversées.

Sans s’en prendre directement à Binance, l’autorité financière italienne a mis en garde contre les risques potentiels du commerce des crypto-monnaies, tout en invitant ses citoyens à « faire preuve de la plus grande prudence pour prendre des décisions d’investissement en toute conscience« .

Nous vous invitons à faire preuve de la plus grande prudence lorsque vous effectuez des transactions sur des instruments liés aux cryptoactifs qui peuvent impliquer la perte totale des sommes d’argent utilisées. (Commission nationale italienne des valeurs mobilières et des changes).

L’organisme a assuré que les opérations d’investissement liées aux crypto-monnaies « peuvent présenter des risques qui ne sont pas immédiatement perceptibles, en raison de leur complexité, de la forte volatilité des prix de ces instruments ainsi qu’en raison de dysfonctionnements et de cyber-attaques« .

Outre les risques inhérents à leur investissement, la CONSOB a averti les Italiens de vérifier « au préalable que les sites internet par lesquels ils effectuent l’investissement sont attribuables à des parties autorisées [par l’agence]« .

Course d’obstacles pour Binance

La déclaration du régulateur financier italien intervient dans le cadre d’une série d’interdictions et d’obstacles juridiques auxquels est confronté Binance, la bourse de bitcoin et d’autres crypto-monnaies ayant les plus grands volumes d’échanges au monde, selon les données de LiveCoinWatch.

Plus tôt en juillet, Binance s’était confronté à des obstacles réglementaires dans six pays. A savoir : Royaume-Uni, Singapour, Thaïlande, îles Caïmans, Japon et Malaisie.

La Chine a bloqué l’accès au site web de la plateforme, comme elle l’a fait pour d’autres bourses. Pendant ce temps, la société de services financiers britannique Barclays a commencé à empêcher les paiements par carte de débit ou de crédit de ses clients vers Binance, dans le but de « protéger leur argent« .

Binance n’a pas publié de réponse à l’interdiction italienne. Toutefois, elle a toujours déclaré son intention de se conformer au cadre juridique de chaque pays où elle opère, ainsi qu’à la « Travel Rule » du Groupe d’action financière, en partageant les données de ses clients avec d’autres bourses.

En outre, ils ont maintenu une politique de coopération avec les autorités dans les enquêtes liées au blanchiment d’argent ou aux escroqueries, comme nous l’avons signalé dans ce média.