Binance serait ouvert pour recevoir des investissements de fonds gouvernementaux

Binance serait prêt à obtenir des investissements et la protection de fonds gouvernementaux. Singapour pourrait être le pays qui entre en jeu avec l’éxchange.

Jusqu’à présent, le capital de Binance est détenu par le fondateur et PDG de la bourse, Changpeng Zhao, également connu sous le nom de “CZ”, et le cofondateur HeYi.

En effet, la société a rejeté l’investissement de Sequoia Capital en 2017, alors qu’elle proposait à la plateforme d’échange une participation de près de 11%, avec une valorisation d’environ 80 millions de dollars.

Depuis lors, CZ a clairement indiqué que Binance “n’a pas besoin de financement externe et ne souhaite travailler qu’avec des sociétés de capital-risque qui peuvent aider les bourses à coopérer avec les régulateurs et à obtenir des licences d’exploitation“, a expliqué Wu.

En ce sens, le journaliste chinois estime “logique” qu’après l’investissement de Vertex Ventures, filiale de la société d’investissement détenue par le gouvernement de Singapour, dans Binance Singapore, la prochaine étape à franchir soit d’investir dans Binance Global, en partant du principe que la nation asiatique “est prête à prendre des risques“.

Selon Wu, Binance envisage de lever des fonds sur la base d’une valorisation de 200 milliards de dollars.

Pour mettre en contexte, une autre des plus grandes bourses du monde, Coinbase, a réalisé des bénéfices d’environ 800 millions de dollars au premier trimestre 2020 et sa valeur boursière actuelle est de 54,2 milliards de dollars. Le bénéfice de Binance est environ 4 fois supérieur à celui de Coinbase, la valorisation de la société est donc de 200 milliards de dollars.

Nouveau PDG à Singapour

L’approche de Wu est liée aux derniers mouvements de Binance à Singapour, avec l’embauche de Richard Teng, ancien directeur général de l’Autorité de régulation des services financiers d’Abu Dhabi sur le marché mondial (ADGM), pour prendre la direction de la plateforme dans le pays asiatique.

M. Teng a également été responsable de la réglementation de la Bourse de Singapour. Il y a dirigé le groupe de réglementation responsable de la formulation des politiques, des cadres et des règles dans les domaines de la cotation, de la négociation et de la compensation, ainsi que des solutions réglementaires pour les nouveaux produits et services. Il a également passé 13 ans à l’Autorité monétaire de Singapour.

L’investissement de Singapour, et la nomination de Teng, semblent indiquer que la bourse cherche à s’adapter aux normes réglementaires mondiales.

Ces dernières semaines, Binance a fait l’objet de pressions dans un certain nombre de pays du monde entier, et la société a commencé à s’engager auprès des régulateurs.

Binance est même à la recherche d’un nouveau directeur général pour remplacer CZ. La société a l’intention d’embaucher une personne ayant plus d’expérience en matière de réglementation, peut-être en réponse à la pression qu’elle subit de la part de diverses agences gouvernementales dans de nombreux pays.

KYC est obligatoire chez Binance

L’une des dernières mesures prises par Binance, dans l’une de ses tentatives de se conformer aux exigences des régulateurs financiers à l’échelle internationale, a été de compléter le processus d’identification intermédiaire.

Les utilisateurs de la plateforme doivent fournir leurs données personnelles, télécharger des photos d’identité et passer un test d’identification faciale.

Ces types de mesures, connues sous le nom de KYC ou “know your customer“, sont exigés par les régulateurs financiers dans le but de garantir l’identification de tous les participants à l’écosystème réglementé des crypto-monnaies. Cette pratique se justifie par le fait qu’il s’agit d’une mesure visant à prévenir le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.