Binance veut devenir le fournisseur d’actifs numériques en France d’ici 2022

Binance est ouvert à la réglementation, Changpeng Zhao, le directeur général de Binance notant que c’est la réglementation qui va le plus aider sa croissance.

Changpeng Zhao, le directeur général de Binance Holdings Ltd, la plus grande bourse du monde en termes de volume d’échanges, a dévoilé la probabilité d’installer son siège central en France d’ici 2022. Lors d’une interview accordée au journal Les Échos, M. Zhao, connu sur les réseaux sociaux sous le nom de CZ, a déclaré que le choix de la France comme siège régional et central dépendait de la capacité de la bourse à obtenir une licence de l’Autorité des marchés financiers pour opérer en tant que fournisseur de services d’actifs numériques dans le pays.

Interrogé sur l’état d’avancement de la procédure d’obtention de la licence réglementaire, CZ a noté que le régulateur français a répondu à Binance de manière « pro-business« , mais très exigeante.

« Ce qu’ils attendent de nous est très clair. Ils veulent que nous nous installions en France mais ils ne nous feront pas de cadeau sous prétexte que nous sommes le principal acteur du secteur. Actuellement, nous ne sollicitons pas de clients et ne faisons pas de publicité en France. Nous fonctionnons comme une plateforme internationale. Une fois que nous aurons les autorisations, nous pourrons aller chercher les clients. Nous aurons un accès plus facile aux banques et à la monnaie fiduciaire« , a-t-il déclaré.

CZ est optimiste quant au calendrier de la poursuite de l’obtention de la licence, qu’il estime à 6 ou 12 mois, après quoi il espère ouvrir la voie à l’installation de la société dans le pays.

« Notre priorité est d’obtenir les autorisations locales pour mettre en place des échanges de crypto-monnaies. Il n’existe pas encore de passeport pour ce type d’activité, ce qui signifie que nous devons obtenir une autorisation pour chaque pays. Dès que possible, la France sera un choix naturel pour un siège social régional, et même peut-être mondial« , a-t-il ajouté.

Le choix de la France est compréhensible car le patron de Binance a reconnu que le pays était l’un des hubs financiers les plus avancés d’Europe avec des règles claires régissant l’écosystème crypto.

Binance France, Binance partout

Binance a connu une année mouvementée de la part des régulateurs du monde entier, avec des déclarations qui, selon CZ, ont largement entamé sa réputation dans une certaine mesure.

Les autorités de Singapour, d’Afrique du Sud, de Malaisie, d’Italie et de Hong Kong entre autres ont toutes déposé des avis avertissant la communauté des investisseurs que la bourse Binance opère illégalement sur leurs rivages. CZ a déclaré dans l’interview aux Echos que la société a commencé comme une entité décentralisée, et qu’elle a maintenant accepté la nécessité d’établir des sièges régionaux qui donneront la priorité au respect des réglementations locales.

Binance est ouvert à la réglementation, CZ notant que c’est la réglementation qui contribuera le plus à sa croissance. Il a toutefois déclaré que la réglementation des petites entités qui n’ont peut-être pas les ressources nécessaires pour répondre aux exigences requises renforcera la concurrence dans une large mesure. C’est, selon lui, l’un des inconvénients de la réglementation pour l’écosystème croissant des devises numériques.

« Nous voulons être réglementés. À ce stade de notre développement, cela nous permettra de croître plus rapidement. 5% de la population mondiale – 400 millions de personnes – ont déjà adopté la crypto, ce sont des pionniers. Nous voulons maintenant convaincre les 95 % restants. Et pour gagner leur confiance, il faut que nous soyons réglementés, que nous ayons des contacts avec les gouvernements locaux, que nous ayons des bureaux où ils peuvent venir se plaindre en cas de problème« , a-t-il déclaré.

Changpeng Zhao a déclaré que l’entreprise est proactive dans sa quête de réglementation et qu’environ 15 % de ses effectifs sont chargés de la réglementation et de la conformité.