Bitcoin : 10 000 personnes contrôlent un tiers de tous les bitcoins du monde

baleine bitcoin

Les crypto-monnaies gagnent en popularité, et alors que de plus en plus de personnes (et d’entreprises) investissent dans ces monnaies virtuelles, on parle depuis des années de baleines, ces investisseurs qui possèdent une énorme quantité de bitcoins.

Une nouvelle étude révèle désormais que les 10 000 premiers investisseurs en bitcoins contrôlent plus d’un tiers des crypto-monnaies en circulation. Cette situation est inquiétante, notamment en raison du pouvoir qu’ont ces investisseurs d’influencer la valeur du bitcoin et des autres crypto-monnaies.

La concentration est (très) dangereuse pour l’avenir du bitcoin

L’étude provient du National Bureau of Economic Research (NBER), et selon elle, la concentration de bitcoins qui existe dans le segment des crypto-monnaies est claire : bien qu’il y ait des millions d’investisseurs, les 10 000 plus importants ont en leur possession un bitcoin sur trois qui existent dans le monde.

Il est certainement difficile de savoir si les adresses des portefeuilles représentent ou non des investisseurs indépendants ou des entreprises, voire des bourses de commerce. Cette étude parvient à faire la différence entre ces comptes, mais ses auteurs préviennent que la concentration pourrait être encore plus importante.

Pourquoi ? Les auteurs soulignent que « nous ne pouvons pas exclure que certaines des adresses les plus importantes ne soient pas contrôlées par la même entité« .

Par exemple, 20 000 adresses particulièrement anciennes qui pourraient appartenir à la même personne (comme Satoshi Nakamoto) ont été considérées comme appartenant à 20 000 personnes différentes, alors qu’un grand nombre d’entre elles peuvent certainement être contrôlées par une seule personne ou entité.

Le problème de la concentration s’accompagne d’un autre problème : l’étude du NBER a également montré que les 0,1 % des mineurs les plus importants (50 au total) contrôlent 50 % de la capacité d’extraction du bitcoin. Si l’on considère les 10 % de mineurs les plus importants au monde, la capacité qu’ils contrôlent est de 90 %, selon ces données.

Cela – et non le contrôle de plus ou moins de bitcoins, comme nous l’indiquions initialement – fait resurgir le danger de la soi-disant « attaque 51%« , dans laquelle un groupe de mineurs qui contrôle plus de 50% du taux de minage du réseau ou de sa puissance de calcul finit par interférer dans le fonctionnement normal des transactions de la blockchain. Selon cette étude, le réseau est particulièrement vulnérable en cas de chute brutale du prix du bitcoin.

La menace est claire pour tous les petits investisseurs – particuliers ou entreprises – qui comptent sur le bitcoin comme la réserve de valeur que l’or était autrefois. On estime qu’environ 46 millions d’Américains ont investi dans une certaine mesure dans des bitcoins, et ce chiffre est probablement plus élevé dans le reste du monde étant donné l’intérêt croissant pour les marchés des crypto-monnaies.