Christine Lagarde annonce une nouvelle récession alors même que la BCE maintient son plan de relance

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a signalé que l’économie de la zone euro se dirige vers une récession à double creux, tout en insistant sur le fait que le niveau actuel de stimulation monétaire est suffisant pour le moment.

Christine Lagarde a déclaré que la production a diminué à la fin de 2020, et “un déclin au quatrième trimestre se répercutera sur le premier trimestre“. Les économistes prédisent de plus en plus une contraction au cours des trois premiers mois de cette année, alors que les gouvernements prolongent les mesures de confinement pour contenir la résurgence du coronavirus.

S’exprimant après que les décideurs politiques aient décidé de maintenir les paramètres monétaires en suspens lors de leur première réunion de 2021, Mme Lagarde a déclaré que des discussions plus approfondies devraient avoir lieu en mars, lorsque de nouvelles prévisions économiques seront disponibles et que l’on aura une vision plus claire de l’évolution de la crise.

Les risques entourant les perspectives de croissance de la zone euro restent orientés à la baisse, mais moins prononcés“, a-t-elle déclaré. “Le déploiement des vaccins, qui a commencé fin décembre, permet d’avoir une plus grande confiance dans la résolution de la crise sanitaire“.

Les gouvernements ont intensifié les restrictions sur les voyages, les loisirs et les magasins non essentiels pour lutter contre les infections, les inquiétudes étant renforcées par les nouvelles variantes de coronavirus et le démarrage tardif des campagnes de vaccination. L’Allemagne, la plus grande économie de la région, a décidé cette semaine de durcir son embargo et de le prolonger jusqu’à la mi-février.

Lagarde a tout de même dressé une liste de “points positifs“, notamment les progrès en matière de vaccination, l’approbation du fonds de relance de l’Union européenne, la reprise de la production et la levée de l’incertitude politique aux États-Unis.

Elle a décrit les projections économiques que la BCE a publiées il y a six semaines, qui prévoient une croissance économique de 3,9% cette année, comme étant “globalement valables“. Les chiffres du produit intérieur brut du quatrième trimestre seront publiés vers la fin de ce mois.

La présidente de la BCE a également rappelé que le programme d’achat d’obligations d’urgence “ne doit pas être utilisé dans sa totalité” si les conditions de financement peuvent être maintenues aux niveaux actuels sans le faire. C’était une concession faite aux membres plus prudents lors de la précédente réunion. La plupart des économistes interrogés disent que la banque centrale finira par dépenser la totalité du montant, mais qu’elle n’aura pas besoin de recharger le programme.

Christine Lagarde a déclaré lors de sa conférence de presse que la niveau de l’euro est surveillé “très attentivement” car il a un impact sur l’inflation qui est déjà bien en dessous de l’objectif de la BCE.

Les décideurs politiques ont également parlé des options à plus long terme pour leurs instruments politiques, y compris la possibilité de fusionner leur programme de lutte contre la pandémie et un ancien plan d’achat d’obligations ainsi que le contrôle de la courbe des taux.

Mme Lagarde a promis que l’aide monétaire se poursuivrait aussi longtemps que nécessaire et a déclaré que les gouvernements devaient continuer à dépenser, tout en gardant un œil sur la reprise à venir.

Nous pensons que l’aide budgétaire doit être maintenue“, a-t-elle déclaré. “La légère réserve que nous aurions est que nous recommandons certainement qu’elle soit aussi ciblée que possible et temporaire, étant donné que nous espérons une reprise au cours de l’année 2021, probablement au second semestre plus que le premier“.