Combien les labos gagnent-ils avec les vaccins Covid 19 ?

Les différents vaccins Covid 19 contribueront sans aucun doute à mettre fin à la pandémie, mais dans le même temps, ils continueront à enrichir les grandes entreprises pharmaceutiques.

La transnationale américaine Pfizer (PFE), par exemple, qui facture moins de 20 dollars la dose, s’attend à ce que les ventes du vaccin qu’elle a développé avec l’entreprise allemande BioNTech (BNTX) approchent les 15 milliards de dollars d’ici la fin de l’année, avec une marge bénéficiaire de près de 30 %, selon un rapport de CNN.

Mais la société qui bénéficiera le plus du vaccin Covid est Moderna (MRN), un fabricant de médicaments américain relativement récent dont les produits n’ont pas été autorisés à la vente avant 2019. Elle n’a réalisé que 60 millions de dollars de recettes cette année-là, mais a reçu 529 millions de dollars de subventions et 200 millions de dollars des premières ventes de ses vaccins en 2020.

Les recettes prévues pour 2021 sont de 16 milliards de dollars, provenant en grande partie de la vente de vaccins. L’action de Moderna a augmenté de 187% au cours des 12 derniers mois.

Aucun profit pendant la pandémie, mais…

Le troisième vaccin approuvé, de Johnson & Johnson, est le seul vaccin à dose unique et est légèrement moins efficace que les précédents, à 85 %. Le fabricant a déclaré qu’il fournirait le vaccin à titre non lucratif tant que le monde continuerait à souffrir de la pandémie, mais cela ne signifie pas que la société ne gagnera jamais d’argent avec ce vaccin.

On s’attend à ce que, même une fois la pandémie passée, les gens aient besoin de se faire vacciner pour se protéger des nouvelles variantes.

Il existe un scénario de plus en plus probable selon lequel il pourrait s’avérer nécessaire, dans les prochaines années, de renforcer les patients vaccinés contre la COVID-19 avec un vaccin codant pour la variante maximale“, a déclaré Albert Bourla, PDG de Pfizer, lors de sa dernière conférence avec les analystes.

En outre, Johnson&Johnson profite également de la hausse de son cours de bourse, tout comme Moderna et Pfizer. Il est important de noter que la seule entreprise qui n’a pas reçu de subvention du gouvernement américain pour produire le vaccin est Pfizer, qui en a assumé tous les coûts.

Quelques problèmes et un échec

Les problèmes rencontrés par AstraZeneca, le vaccin développé par la société du même nom et l’Université d’Oxford, devraient également profiter aux sociétés pharmaceutiques américaines. La plupart des pays européens avaient approuvé le vaccin et s’en servaient comme principale source d’immunisation contre la Covid, mais récemment, le Danemark, l’Islande et la Norvège, et peu après l’Allemagne, la France et l’Italie, ont suspendu son utilisation après des rapports faisant état de caillots sanguins chez des personnes vaccinées.

Un prix de l’image presque incalculable

Au-delà des bénéfices, les vaccins Covid apportent un avantage supplémentaire important aux sociétés biopharmaceutiques qui les produisent : la reconnaissance de la marque.

Il y a vraiment eu un changement radical dans la façon dont les gens les perçoivent“, a déclaré Tinglong Dai, professeur de commerce à l’université Johns Hopkins. “Il ne s’agit pas d’entreprises pharmaceutiques cupides pratiquant des prix exorbitants. Ils sauvent le monde. Ce font de brillantes relations publiques.