COVID-19 : La variante britannique est maintenant responsable d’un quart des infections !

La variante britannique est responsable d’un quart des infections aujourd’hui en France, a indiqué hier le ministre de la Santé, Olivier Véran, selon lequel les souches sud-africaine et brésilienne représentent à elles deux environ 4 à 5 % des cas.

Le ministre a souligné, lors de la conférence de sa presse hebdomadaire, que ces trois variantes sont plus contagieuses que le covid-19 “classique“, et que si les vaccins se sont avérés très efficaces contre les Britanniques, les données sur les deux autres sont encore insuffisantes.

Olivier Véran a souligné que les variantes sud-africaine et brésilienne peuvent infecter à nouveau des personnes ayant déjà eu le covid-19, et que sa propagation dans le pays est très hétérogène, avec des territoires sans trace et d’autres avec des dizaines de cas.

C’est le cas de la Moselle, où plus de 300 cas de ces variants ont été enregistrés au cours des quatre derniers jours et ou les autorités locales réfléchissent donc aux nouvelles mesures qui pourraient être mises en œuvre pour contenir sa propagation. L’option d’un confinement local n’est pas exclus a l’heure actuelle.

Le pays a enregistré une moyenne d’environ 19 800 positifs au total au cours de la semaine dernière.

Au cours des dernières 24 heures, selon les autorités sanitaires, il y a eu 21 063 cas positifs et 360 décès, ce qui porte le nombre de positifs depuis le début de la pandémie à 3,4 millions et le nombre de décès à 80 803.

La France compte actuellement 27 007 personnes hospitalisées à cause du coronavirus et 3 337 en soins intensifs. Le dernier jour, 1 610 patients ont été admis et 269 ont été orientés vers une unité de soins intensifs.

“Les prochaines semaines nous diront si cela a été suffisant ou s’il est nécessaire d’appliquer de nouvelles mesures“, a souligné Olivier Véran, qui a insisté sur le fait que le gouvernement fait tout son possible pour éviter un troisième confinement.