COVID-19 : Une étude de Pfizer montre que son vaccin fonctionne contre les variantes du virus

De nouvelles recherches suggèrent que le vaccin COVID-19 de Pfizer peut aussi protéger contre les mutations trouvées dans les deux variantes les plus contagieuses du coronavirus qui ont fait apparues en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud.

La version mutante qui se propage en Grande-Bretagne a également été détectée aux États-Unis et dans de plus en plus d’autres pays.

Les variantes qui suscitent le plus d’inquiétudes au niveau mondiale sont porteuses de multiples mutations, mais elles ont un point commun qui serait la raison pour laquelle elles sont plus contagieuses. Appelée N501Y, il s’agit d’une légère altération sur un point de la protéine qui enrobe le virus. La plupart des vaccins mis au point dans le monde savent reconnaître cette protéine et la combattre.

Pfizer a fait équipe avec des chercheurs de la branche médicale de l’université du Texas à Galveston pour réaliser des tests en laboratoire afin de voir si la mutation affectait la capacité de son vaccin à protéger contre ces variantes de la COVID.

Ils ont utilisé des échantillons de sang de 20 personnes ayant reçu le vaccin, fabriqué par Pfizer. Les anticorps des personnes ayant reçu le vaccin ont réussi à repousser le virus, selon l’étude publiée jeudi dernier.

Mais “il est très rassurant de constater qu’au moins cette mutation, qui était l’une des plus préoccupantes, ne semble pas être un problème” pour le vaccin, a déclaré le directeur scientifique de Pfizer, le Dr Philip Dormitzer.

Moderna effectue des tests similaires pour savoir si son vaccin fonctionne également contre les variantes.

Les virus subissent constamment des modifications mineures lorsqu’ils se propagent d’une personne à l’autre. Les scientifiques ont utilisé ces légères modifications pour suivre la façon dont le coronavirus s’est déplacé dans le monde depuis qu’il a été détecté pour la première fois en Chine, il y a environ un an.

Les scientifiques britanniques ont déclaré que la variante trouvée au Royaume-Uni – qui est devenue le type dominant dans certaines parties de l’Angleterre – semblait être sensible aux vaccins.

L’étude de Pfizer a révélé que le vaccin semblait fonctionner contre 15 autres mutations virales possibles, mais le E484K (la variante du COVID venue d’Afrique du Sud) ne figurait pas parmi les vaccins testés. Dormitzer a déclaré qu’il était le prochain sur la liste.

Dormitzer a déclaré que ce n’était que le début “d’une surveillance continue des changements de virus pour voir si l’un d’entre eux pourrait avoir un impact sur la couverture vaccinale“.