Crédits immobiliers : Les taux de remboursement appliqués sont au plus bas !

D’année en année, les taux de remboursement appliqués sur les crédits immobiliers sont plus bas. Cependant, les banques ont récemment commencé à rejeter les dossiers des emprunteurs. Ce qui a considérablement réduit le nombre de personnes pouvant bénéficier de ces avantages. La raison de ce revirement des institutions financières semble néanmoins un peu étrange. Quelle est l’explication plausible sur le sujet ? Focus ! 

La situation sur le terrain

Les barèmes du mois de décembre viennent confirmer les taux très bas de remboursement de crédit immobilier. Pour les emprunteurs âgés de moins de 35 ans, les banques vous permettront d’emprunter sur 20 ans. Le taux appliqué sur le crédit est inférieur à 1 % si vous pouvez garantir un apport de 10 % sur la somme demandée. Les meilleurs dossiers obtiennent quant à eux un pourcentage d’environ 0,58 dont les échéanciers s’étalent sur 15 ans.

Lorsqu’il s’agit d’un contrat de prêt remboursable sur 20 ans, les banques ne se gênent pas pour accorder au demandeur un taux de remboursement de 0,88 %. Hormis cela, les emprunts sur 25 ans peuvent quant à eux, bénéficier d’un taux applicable de 1,06 %. Cela dit, en passant par les intermédiaires tels que les courtiers bancaires, ces taux pourraient être encore plus élevés. En conséquence, les points de pourcentage ont baissé de 0,1 à 0,2.

La raison indiquée

L’instauration de conditions plus contraignantes pour les demandeurs de crédit immobilier a poussé nombre de personnes à comprendre les raisons d’un tel revirement. En réalité, les institutions financières tant nationales que privées étaient sous la pression des autorités. En effet, elles n’ont trouvé que cette solution pour atteindre les différents objectifs de production visés pour l’exercice 2021 dans le domaine immobilier. De ce fait, elles sont perpétuellement à la recherche de très bons profils d’emprunteur. D’ailleurs, elles cherchent à prendre contact avec le plus grand nombre afin de dénicher les potentiels intéressés. C’est actuellement une course contre la montre, car tous les crédits qui auront été octroyés fin 2020, leur seront débloqués pour le compte de 2021.

De l’autre côté, elles pointent du doigt le Haut Conseil de Stabilité Financière qui a fixé des conditions d’octroi très strictes. Elles ne peuvent plus prêter avec un taux d’endettement au-delà de 33 % sur 25 ans. Aussi, tous les dossiers de demande de crédit immobilier ne doivent pas dépasser un endettement équivalant à 7 ans de revenus. Les banques ont alors du mal à considérer ces critères pour 15 % des demandeurs. Elles parviennent toutefois à inclure les acquéreurs de résidence principale et les primo-accédants.

Les nouveaux chiffres à prendre en compte

Selon Sandrine Allonier, les critères posés par le HCSF sont toujours d’actualité. La rigueur dans l’étude des dossiers de crédit a entrainé un rejet massif des demandes d’emprunt. Au quatrième trimestre, il est de 17 % contrairement à 13,2 % au troisième trimestre, d’où la baisse flagrante. En raison également de la crise sanitaire, les banques redoutent la multiplication des impayés.