Cuba ouvre son économie aux entreprises privées

Cuba a annoncé qu’elle allait permettre aux entreprises privées d’opérer dans la plupart des secteurs de l’économie du pays, dans le cadre d’une réforme majeure de son économie contrôlée par l’État.

La ministre du travail, Marta Elena Feito, a déclaré que la liste des secteurs économiques autorisés était passée de 127 à plus de 2 000. Seule une minorité de secteur économique seront réservés à l’État, a-t-elle déclaré.

Cuba a été durement touchée par la pandémie et les sanctions américaines introduites par l’administration Trump. L’année dernière, l’économie cubaine a reculé de 11 % et les Cubains ont été confrontés à des pénuries de produits de base.

L’objectif de cette réforme est que le travail privé continue à se développer“, a déclaré Mme Feito. Elle a déclaré que cette mesure “contribuerait à libérer les forces productives” du secteur privé.

Cette mesure ouvre essentiellement la quasi-totalité de l’activité économique de l’île à une forme d’entreprise privée.

Outre des centaines de milliers de petites exploitations agricoles, le secteur non étatique de Cuba est principalement composé de petites entreprises privées dirigées par des artisans, des chauffeurs de taxi et des commerçants. Environ 600 000 personnes, soit environ 13 % de la main-d’œuvre, ont rejoint le secteur privé lorsque l’occasion s’est présentée.

Cependant, un grand nombre d’entreprises privées sont impliquées dans l’industrie touristique de l’île, qui a été durement touchée par la pandémie et les sanctions.

Mais il faudra attendre un certain temps avant de voir des changements dans la vie économique quotidienne.

Le nouveau président américain Joe Biden a déjà signalé qu’il souhaitait améliorer les relations américano-cubaines, mais les observateurs ne savent pas dans quelle mesure cela pourrait figurer sur sa liste de priorités.