Deux tweets d’Elon Musk ont violé l’accord qu’il avait avec la SEC

Deux tweets d’Elon Musk au cours des deux dernières années ont enfreint l’accord conclu avec la Commission des valeurs mobilières des États-Unis, selon lequel les avocats de Tesla doivent approuver au préalable certains messages qu’il publie sur les réseaux sociaux, selon un rapport du Wall Street Journal de mardi.

Le PDG de Tesla est connu pour son utilisation désinvolte de Twitter – où son style de communication inhabituel.

En 2018, Elon Musk a été sous le feu des critiques après avoir tweeté qu’il envisageait de vendre Tesla, et la SEC l’a accusé de manipuler le cours de la Bourse. Elon Musk a accepté un accord approuvé par le tribunal afin de régler les accusations, qui exigeait que les avocats de Tesla examinent toute publication sur les réseaux sociaux contenant des informations “importantes” pour les actionnaires. Quelques mois plus tard, après qu’il a été rappelé à l’ordre pour avoir défié l’ordonnance, l’accord a été modifié pour inclure une liste spécifique de sujets sur lesquels Musk doit obtenir la permission de tweeter. Cette liste comprend les tweets sur la situation financière de l’entreprise, les chiffres de production ou les nouveaux secteurs d’activité.

La SEC a informé Tesla que deux des tweets de Musk de 2019 et 2020 – l’un sur les volumes de production de toits solaires de Tesla et l’autre sur le cours de l’action de la société – n’avaient pas reçu l’autorisation préalable requise, ont rapporté Dave Michaels et Rebecca Elliott du Journal.

Le rapport n’identifie pas les tweets spécifiques en cause ; cependant, en juillet 2019, un tweet de Musk indiquant que Tesla “espérait fabriquer ~1000 toits solaires/semaine d’ici la fin de l’année” a immédiatement soulevé des questions quant à savoir s’il avait violé l’accord.

Le Journal a cité des documents qu’il avait obtenus, y compris une lettre de mai 2020 écrite à Tesla par un haut fonctionnaire de la SEC dans le bureau de San Francisco de l’agence, disant que la société n’avait pas réussi “à appliquer ces procédures et contrôles malgré des violations répétées par M. Musk” et que Tesla avait “abdiqué de ses devoirs” requis par l’ordonnance de règlement.

Il n’est pas clair si la SEC prendra des mesures contre Tesla ou Elon Musk en raison des tweets référencés dans le rapport du Journal. Après l’inculpation de Musk en 2018 – avant qu’il n’accepte le règlement – la SEC avait d’abord cherché à le démettre de ses fonctions de PDG et président de Tesla. Il a finalement accepté de se retirer du poste de président mais est resté PDG, tout en n’admettant ni ne niant les actes répréhensibles.