Édouard Balladur face aux juges

L’ancien premier ministre est accusé d’avoir reçu illégalement de l’argent provenant d’opérations de vente de sous-marins et de frégates à l’Arabie Saoudite et au Pakistan.

Balladur, 91 ans, et son ministre de la défense de l’époque, François Léotard, 78 ans, sont accusés d’avoir reçu illégalement de l’argent provenant d’opérations de vente de sous-marins et de frégates à l’Arabie Saoudite et au Pakistan. L’argent – 10,2 millions de francs, soit l’équivalent de 1,5 million d’euros – aurait servi à financer la campagne présidentielle de Balladur contre Jacques Chirac en 1995.

Le mécanisme des “rétro-commissions” aurait été utilisé pour obtenir cet argent illégalement. En d’autres termes, la France aurait subventionné la vente de navires de guerre pour favoriser l’industrie nationale. En retour une partie de ces fonds aurait été restituée au pays pour gonfler les caisses de campagne présidentielle de d’Édouard Balladur.

Le scandale, connu sous le nom d’affaire de Karachi, a déjà conduit à la condamnation d’autres personnes impliquées dans les opérations, des proches de Balladur et de Léotard. Un collaborateur de l’ancien Premier ministre, Nicolas Bazine, a été condamné à cinq ans de prison et à une amende de 300 000 euros.

Édouard Balladur a toujours nié les faits. Selon lui, les fonds suspects provenaient de collectes auprès de ses partisans et de la vente d’articles de communication et de T-shirts lors de rassemblements.