Encore de nouveaux problèmes pour Binance, la situation devient préoccupante.

Binance, a été ajoutée aujourd’hui à la liste d’alerte pour les investisseurs de l’Autorité monétaire de Singapour (MAS).

Le MAS ajoute à la liste d’alerte des investisseurs des entités qui, selon lui, “peuvent avoir été perçues à tort comme étant autorisées ou réglementées par le MAS“. Le MAS est la banque centrale et le régulateur financier de Singapour, qui supervise à la fois la politique monétaire et la surveillance du secteur financier du pays.

En août, un porte-parole du MAS a déclaré que l’entité enregistrée de Binance à Singapour, Binance Asia Services, ne disposait pas actuellement de licence. Elle a demandé une licence, et pendant que le régulateur examine la demande, l’entité est temporairement exemptée de licence en vertu de la loi sur les services de paiement de Singapour jusqu’à ce que la demande soit “approuvée, rejetée ou retirée“, a déclaré le porte-parole.

Dans ce contexte, l’ajout à la liste d’alerte aux investisseurs peut servir de rappel de ces circonstances préexistantes et du fait que, bien que Binance.com soit temporairement exempté, il n’a toujours pas de licence.

Pour Binance, cette nouvelle n’est que la dernière en date des démêlés de la société avec les régulateurs.

Binance sur la sellette

Avec un volume de près de 30 milliards de dollars en 24 heures, des bureaux répartis dans le monde entier et, semble-t-il, aucun siège central, Binance a attiré l’attention de nombreux régulateurs.

Ailleurs en Asie, le Japon et la Malaisie ont averti que la bourse de crypto-monnaies opère dans le pays avec la licence requise. Au Royaume-Uni, en Italie et aux Pays-Bas, les autorités ont émis des avertissements similaires.

Au Royaume-Uni, la Financial Conduct Authority (FCA) est allée jusqu’à dire qu’elle ne considère pas l’entreprise “capable d’être supervisée efficacement.” La FCA a ajouté que “cela est particulièrement préoccupant dans le contexte de l’appartenance de l’entreprise à un groupe mondial qui offre des produits financiers complexes et à haut risque, ce qui représente un risque important pour les consommateurs.

Binance n’est pas resté inactif non plus au milieu de ces préoccupations

Le 20 août, la bourse a exigé que tous les utilisateurs effectuent une vérification approfondie de la connaissance de leur client (KYC) avant d’utiliser les services de la plateforme. Cela signifie que les utilisateurs doivent fournir à la bourse des informations personnelles, notamment les détails de leur passeport et une photo de selfie.

Le PDG de la société, Changpeng Zhao, envisage également une cotation en bourse, à l’instar de celle de la bourse concurrente Coinbase, selon des rapports datant de juillet.

Il reste à voir si la dernière prise de bec avec les autorités financières entravera ces plans.