Facebook et Twitter bloquent le compte de Trump après l’attaque au Capitole !

Facebook et Twitter  ont pris la mesure extraordinaire mercredi de bloquer le compte du président Donald Trump sur leurs plateformes après que ses partisans aient pris d’assaut le Capitole pour protester contre l’élection.

Twitter a déclaré avoir verrouillé le compte du président Donald Trump pendant 12 heures, et a averti pour la première fois qu’il pourrait le suspendre définitivement. Le verrouillage temporaire reflète les différentes violations par Trump des règles de Twitter, a déclaré l’entreprise.


Lire aussi : Le Capitole américain est pris d’assaut par une foule de partisans du Trump !


Nous avons exigé le retrait de trois Tweets @realDonaldTrump qui ont été postés plus tôt dans la journée pour des violations répétées et graves de notre politique d’intégrité civique“, a déclaré Twitter. “Cela signifie que le compte de @realDonaldTrump sera verrouillé pendant 12 heures après la suppression de ces Tweets. Si les Tweets ne sont pas supprimés, le compte restera verrouillé“.

Twitter a ajouté que “les violations futures … entraîneront la suspension permanente du compte @realDonaldTrump.

Facebook a également empêché Trump de publier sur sa plateforme pendant 24 heures, a déclaré l’entreprise, après avoir retiré une vidéo qu’il avait publiée à l’intention de ses partisans ayant participé à l’émeute. Trump sera également confronté à un blocage de 24 heures sur Instagram, qui appartient à Facebook.


Lire aussi : Les partisans de Trump prennent d’assaut le Capitole américain et s’affrontent avec la police


Nous avons évalué deux violations de la politique sur la page du président Trump qui entraîneront un blocage de 24 heures, ce qui signifie qu’il perdra la possibilité de publier sur la plate-forme pendant cette période“, a déclaré Facebook dans un tweet.

Le porte-parole de Facebook, Andy Stone, n’a pas immédiatement répondu aux questions concernant la possibilité pour le président Trump de faire face à une suspension permanente s’il continue à violer les politiques de Facebook.

L’annonce marque une escalade majeure de ces deux sociétés contre Donald Trump et répond aux appels des groupes de défense des droits civiques pour que Trump soit banni des plateformes.