Immobilier : La délivrance des permis de construire a fortement diminué en 2020

Le nombre de logements mis en chantier a considérablement augmenté entre août et octobre. Inversement, le nombre des permis de construire délivrés qui servent à déterminer le rythme potentiel de chaque construction a diminué.

Présentation de la situation

Fin octobre, la délivrance des permis de construire a fortement diminué, bien que les schémas de construction de nouveaux logements n’aient pas beaucoup changé, comme le montrent les données officielles.

Entre août et octobre, le ministère de la Transition écologique a indiqué que la construction de 93 100 logements a été lancée, ce qui représente une augmentation de 3,8 % par rapport à la même période, l’année précédente. Cependant, en un an, le nombre de permis de construire permettant de déterminer le niveau de construction futur a diminué de 9 %, pour atteindre 102 900.

Cette situation confirme les tendances observées un mois plus tôt pour la période de juillet à septembre. Une modeste reprise des mises en chantier avait déjà suivi la baisse continue de l’émission de permis de construire.

L’involution du deuxième trimestre

Les nouveaux logements ont donc du mal à se redresser au deuxième trimestre après un échec, qui a été marqué par le contrôle strict du coronavirus par les autorités. À ce moment-là, le nombre de logements a commencé à diminuer de près de 21 %, ce qui montre que la construction de logements avait déjà commencé. Par ailleurs, au cours de cette même période, le nombre de permis de construire a diminué de près de la moitié.

Aucune réelle amélioration depuis cette involution

Dans les mois qui ont suivi, dans un contexte de déconfinement général, la situation ne s’est pas entièrement inversée. De plus, le reconfinement instauré à la fin de ce mois n’a pas été pris en compte dans les chiffres d’octobre. Pourtant il a été prévu que ce reconfinement allait encore durer jusqu’au début du mois prochain. Le nombre de mises en chantier a diminué de plus de 5 % au cours des douze mois précédant la fin du mois d’octobre et le nombre de permis de plus de 12 %.

Cette baisse d’activité dans le secteur de l’immobilier s’est poursuivie durant trois trimestres consécutifs. Lors du premier trimestre 2020, le confinement et le crash des ventes des deux dernières semaines ont entraîné un recul des activités de près de 9 %. Par contre, le recul de 22 % constaté au deuxième trimestre est dû au cumul de deux situations très distinctes : celle d’avril dans un premier temps quand les activités se sont effondrées, puis celle de mai et de juin, où elle a rebondi pour revenir au niveau des constantes de 2019.