JPMorgan estime que le bitcoin devrait valoir moins de 30 000 dollars pour attirer à nouveau les grands investisseurs.

Nikolaos Panigirtzoglou, directeur général et stratège du marché mondial chez JPMorgan, explique à Insider que pour attirer à nouveau les grands investisseurs sur le marché, le bitcoin devrait tomber en dessous de 30 000 dollars.

Si au début de l’année 2021, lorsque la valeur du bitcoin a commencé à augmenter, les acheteurs ont été attirés, aujourd’hui le coût élevé commence à les décourager, explique M. Panigirtzoglou. Comme il l’explique, “50 000 ou 60 000 dollars” ne seraient plus un “niveau attractif” pour le bitcoin.

Vendredi dernier, le bitcoin s’échangeait à environ 37 500 dollars, soit une baisse de plus de 40 % par rapport au record d’avril, lorsqu’il approchait les 65 000 dollars. Malgré le rallye que la crypto-monnaie a connu ces trois derniers jours, il y a peu de signes de reprise de la demande institutionnelle, estime l’expert.

Dans l’ensemble, M. Panigirtzoglou estime que la faible demande sur le marché à terme du bitcoin est due au manque d’intérêt des grands investisseurs.

La montée et la chute du bitcoin

Le bitcoin a explosé au cours des premiers mois de 2021, augmentant de plus de 120 % en peu de temps, sous l’impulsion d’entreprises comme Tesla, qui ont adopté la crypto-monnaie.

Toutefois, le prix a commencé à baisser en mai, après que le PDG de Tesla, Elon Musk, a annoncé que l’entreprise de voitures électriques n’accepterait plus les bitcoins comme moyen de paiement en raison de la dépense énergétique “absurde” nécessaire pour les extraire. En outre, une nouvelle restriction imposée par les autorités chinoises a fini par aggraver l’environnement.

M. Panigirtzoglou estime qu’en mars et avril, il y avait déjà des signes que l’intérêt inastitutionnel s’affaiblissait, notamment en raison d’une forte baisse des flux vers les produits bitcoin, tels que les fonds négociés en bourse canadiens.

Selon l’expert en crypto-monnaies, la chute des prix de 2018 a montré que la phase actuelle de baisse des prix pourrait durer des mois. En tout état de cause, il affirme qu’un signe positif de la reprise de la demande institutionnelle serait donné par l’augmentation des prix à terme par rapport au prix au comptant.