Krach sans précédent du Bitcoin qui plonge sous les 30 000 $ !

Le bitcoin a de nouveau chuté mardi et est brièvement passé sous la barre des 30 000 dollars pour la première fois depuis fin janvier, la Chine ayant intensifié sa répression des cryptomonnaies.

La Chine a encore réduit l’activité minière et a indiqué aux principales plateformes de paiement et aux prêteurs que le commerce des crypto-monnaies ne serait pas toléré.
Le bitcoin a plongé de plus de 9 % au cours des dernières 24 heures. La cryptomonnaie a perdu près de la moitié de sa valeur depuis qu’elle a atteint son plus haut niveau historique en avril. D’autres crypto-monnaies ont également été rattrapées par la vague : l’Ethereum a chuté d’environ 10 % et le Dogecoin a plongé de 25 %, effaçant tous ses gains depuis avril.

Les cryptomonnaies ont connu des mois difficiles pour plusieurs raisons, notamment les préoccupations concernant l’impact environnemental de l’extraction des pièces et la surveillance accrue des gouvernements.

Les crypto-monnaies continuent de faire l’objet d’une attention particulière de la part de la Chine qui, depuis des mois, fait preuve d’une plus grande agressivité pour limiter l’utilisation de ces monnaies.

Lundi, la Banque populaire de Chine a déclaré qu’elle avait convoqué Alipay, la plateforme de paiement en ligne très populaire gérée par le groupe Ant de Jack Ma, ainsi que cinq grands prêteurs, et leur a demandé d'”enquêter de manière exhaustive et d’identifier” les échanges et les négociants de cryptomonnaies afin qu’ils puissent mettre fin à tout commerce de cryptomonnaies.

Le commerce des cryptomonnaies et les activités spéculatives […] augmentent les risques de transferts transfrontaliers illégaux d’actifs et de blanchiment d’argent“, a déclaré la banque centrale.

Les prêteurs concernés sont l’Industrial and Commercial Bank (IDCBY), l’Agricultural Bank of China, la China Construction Bank (CICHF), la Postal Savings Bank of China et l’Industrial Bank.

Les six sociétés ont déclaré dans des communiqués publiés après l’annonce de la banque centrale qu’aucune institution ou personne n’était autorisée à utiliser leurs plateformes pour toute activité liée aux crypto-monnaies. En plus de ces remarques, Alipay s’est également engagé à intensifier les enquêtes contre les transactions en crypto-monnaies sur sa plateforme.

L’annonce n’est pas une nouvelle politique pour Pékin, mais elle montre jusqu’où le pays est prêt à aller pour restreindre l’utilisation du bitcoin et d’autres pièces numériques.

Au cours du week-end, les médias d’État chinois ont rapporté que la province du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine, avait ordonné l’arrêt de toutes les opérations de crypto-monnaies et coupé l’alimentation électrique de nombreuses installations minières. La province est une importante plaque tournante du minage, processus qui consiste à utiliser des ordinateurs puissants pour exécuter et résoudre des algorithmes qui génèrent de nouvelles pièces de cryptomonnaies et vérifient les transactions.

Bien que la Chine n’interdise pas complètement les cryptomonnaies, les régulateurs ont déclaré en 2013 que le bitcoin n’était pas une vraie monnaie et ont interdit aux institutions financières et de paiement d’effectuer des transactions avec lui. À l’époque, ils ont invoqué le risque que le bitcoin soit utilisé pour le blanchiment d’argent, ainsi que la nécessité de “maintenir la stabilité financière” et de “protéger le statut du yuan en tant que monnaie fiduciaire.”

La répression croissante vise également à stimuler l’initiative chinoise de création d’un yuan numérique soutenu par l’État, que les autorités souhaitent mettre en œuvre afin de contrôler les flux financiers.