La Chine affirme qu’elle n’a pas l’intention d’évincer le dollar américain au profit du yuan numérique

L’utilisation internationale du yuan numérique ne remplacera pas le dollar américain comme principale monnaie de réserve mondiale, selon le gouverneur adjoint de la Banque populaire de Chine, Li Bo.

Pour l’internationalisation du renminbi, nous avons dit à plusieurs reprises que c’est un processus naturel, et notre objectif n’est pas de remplacer le dollar américain ou d’autres monnaies internationales. Je pense que notre objectif est de permettre au marché de choisir, de faciliter le commerce et les investissements internationaux“, a déclaré le chef de la banque centrale lors d’une table ronde au forum de Boao, dimanche.

Il a ajouté que les derniers efforts pour créer une version numérique de la monnaie nationale chinoise basée sur la blockchain visaient un usage domestique.

La motivation pour l’e-yuan, pour l’instant du moins, se concentre principalement sur l’usage domestique“, a déclaré Li, ajoutant que l’interopérabilité mondiale “est une question très complexe, et nous ne sommes pas pressés d’atteindre une solution particulière pour le moment.

L’e-yuan est actuellement dans une phase de test limitée dans divers programmes pilotes à travers le pays, et les autorités espèrent avoir une monnaie numérique souveraine prête à temps pour les Jeux olympiques d’hiver de 2022. La Chine est la première nation au monde à tester une monnaie numérique à l’échelle nationale.

La semaine dernière, des responsables du gouvernement américain auraient fait part de leurs inquiétudes quant aux progrès de la Chine vers le yuan virtuel, en raison de son potentiel à contester la domination du dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale. La Maison Blanche craint également que la nouvelle monnaie ne soit utilisée pour échapper aux sanctions américaines.

L’ancien gouverneur de la Banque populaire de Chine, Zhou Xiaochuan, a confirmé que les plans initiaux pour une monnaie numérique n’étaient pas motivés par l’idée d’une utilisation transfrontalière, car cela pourrait affecter l’indépendance de la politique monétaire.