La France va tester plus d’un million d’étudiants et enseignants par mois !

Le ministre français de la santé, Olivier Véran, a annoncé jeudi un programme visant à tester jusqu’à un million d’écoliers et d’enseignants par mois, les tests devant être effectués a partir du CP.

S’adressant aux médias lors d’une visite d’un hôpital de Metz avec le Premier ministre Jean Castex, Véran a souligné la dimension “énorme” de ce protocole dans les écoles et a déclaré que l’âge des élèves à tester serait abaissé à six ans “là où cela a du sens”.

À un moment où la propagation de la variante britannique du coronavirus suscite de grandes inquiétudes, le ministre a souligné qu’il s’agit d’une souche qui “semble plus contagieuse” également pour les enfants, mais cela ne signifie pas qu’il existe des cas plus graves parmi eux.

Selon une étude réalisée la semaine dernière, cette variante représente 1% des cas positifs dans l’ensemble de la population française. Le nombre de cas est en augmentation dans le pays ces dernières semaines (23 852 cas ont été signalés ce mercredi) mais est loin de l’explosion observée au Royaume-Uni.

Véran a justifié le maintien des écoles ouvertes sur la base des recommandations de la Société française de pédiatrie, tout en précisant que s’il y avait une augmentation des cas de cette souche “on pourrait envisager” une fermeture qui pour l’instant est à éviter à tout prix.

Ce qui est attendu, lorsque Castex fera sa conférence ce soir à 18h00 sur la situation épidémique, il devrait y avoir des mesures restrictives supplémentaires, en particulier l’avancée dans tout le pays à 18 heures du couvre-feu de nuit, qui commence désormais à 20 heures.

Cette avance à 18 heures est déjà en vigueur dans 25 des 100 départements français – ceux où l’incidence est la plus élevée – et, selon le gouvernement, les premiers résultats obtenus dans ces départements montrent un ralentissement de la contagion.