La menace qui pourrait détruire le Bitcoin et toutes les crypto-monnaies

Les récentes avancées de l’informatique quantique peuvent menacer la sécurité des crypto-monnaies et mettre en danger les fonds de leurs utilisateurs.

Le professeur Jian-Wei Pan, créateur de l’ordinateur quantique le plus puissant du monde et scientifique décrit par le magazine Nature comme le « père du quantique« , affirme que cette technologie est encore à quatre ou cinq ans d’être réellement disponible.

Pour vous donner une idée de la puissance de calcul dont nous parlons, l’un des ordinateurs quantiques de Jian-Wei Pan, le Jiuzhang 2, est capable de calculer en une milliseconde des tâches que l’ordinateur conventionnel le plus rapide du monde mettrait 30 trillions d’années à accomplir. Si ce que dit le professeur est vrai, dans cinq ans, il sera temps de revoir tous les systèmes de sécurité dont disposent actuellement les crypto-monnaies, car ils seront trop vulnérables pour résister aux futures attaques.

Les crypto-monnaies sont protégées par une technologie de cryptographie à clé publique. Ce système ultra-sécurisé fonctionne en combinant une clé publique que tout le monde peut avoir avec une clé privée que seul l’utilisateur peut avoir. Mais si les ordinateurs quantiques comme celui de Jian-Wei Pan atteignent le potentiel qu’ils promettent, ils pourront craquer les cryptomonnaies à clé publique, bouleversant ainsi le monde des crypto-monnaies.

« Lorsque l’informatique quantique sera suffisamment puissante, toutes les garanties de sécurité disparaîtront« , déclare Dawn Song, professeur à l’université de Californie à Berkeley, lors d’une conférence pour Collective[i] Forecast. « Lorsque la cryptographie à clé publique tombe en panne, les utilisateurs peuvent perdre leurs fonds et tout le système s’effondre. »

Il est temps de réinventer la sécurité des crypto-monnaies

Face à cette menace, plusieurs entreprises et institutions gouvernementales s’efforcent déjà de trouver de nouveaux outils de sécurité capables de rivaliser avec la puissance de calcul des ordinateurs quantiques. Comme le rapporte cet article de « Cnet », parmi eux figurent le National Institute of Standards and Technology (NIST) du gouvernement américain et des entreprises telles que le projet Ethereum et Cambridge Quantum Computing, qui travaillent sur des méthodes permettant de garantir la sécurité des réseaux blockchain actuels.

D’autres, comme Quantum Resistant Ledger, la Fondation Hyperledger et Bitcoin Post Quantum, créent de nouvelles crypto-monnaies et Blockchain conçues spécifiquement pour résister à l’assaut des ordinateurs quantiques.

Le fait que de nombreuses crypto-monnaies actuelles soient de conception décentralisée rend difficile la mise à jour rapide de leur sécurité en cas d’attaque. Selon Andersen Cheng, PDG de Post Quantum, une société de cryptage post-quantique, en cas d’attaque : « Ce seront les monnaies véritablement décentralisées qui seront touchées si leurs communautés sont trop lentes et désorganisées pour agir« .

La Chine et les États-Unis pourraient déjà être à l’affût.

Les deux pays sont en tête de la course mondiale à l’informatique quantique, bien que la Chine ait une nette avance pour le moment. Selon les estimations des deux pays, il faudra encore cinq à dix ans pour réaliser un ordinateur quantique fonctionnel. Entre de mauvaises mains, ces ordinateurs peuvent être très dangereux.

Selon Dustin Moody, mathématicien au NIST, « la menace qu’un État-nation adverse crée un grand ordinateur quantique [suffisamment puissant] et puisse accéder à vos informations est réelle« . Moody ajoute que « la menace est qu’ils copient vos données cryptées et les stockent jusqu’à ce qu’ils aient l’ordinateur quantique« .