La Norvège suspend la vaccination de l’AstraZeneca peu après le Danemark.

La décision des deux pays fait suite à des rapports faisant état de la formation de caillots sanguins chez des personnes ayant reçu le vaccin.

Les autorités sanitaires norvégiennes ont suspendu jeudi la vaccination contre la covid-19 de l’AstraZeneca par mesure de “précaution“, selon le directeur de la prévention et du contrôle des infections de l’Institut norvégien de la santé publique, Geir Bukholm.

L’agence norvégienne n’a pas précisé la durée de cette suspension. “Nous attendons (…) des informations pour voir s’il y a un lien entre la vaccination et ce cas de caillot sanguin“, a déclaré Mme Bukholm.

La Norvège a rejoint le Danemark qui, plus tôt dans la journée, a suspendu la vaccination avec l’AstraZeneca pour une période de deux semaines après que des “cas graves” de caillots sanguins aient été signalés chez des personnes ayant reçu le vaccin.

Les autorités sanitaires ont, par précaution, suspendu la vaccination avec AstraZeneca suite à des rapports faisant état d’un possible effet secondaire grave sous forme de caillots sanguins mortels“, a écrit le ministre danois de la Santé, Magnus Heunicke. Dans le même temps, Heunicke a souligné qu'”il n’est actuellement pas possible de conclure s’il existe un lien” entre la formation de caillots sanguins et le vaccin d’AstraZeneca. “Nous avons agi tôt, cela doit faire l’objet d’une enquête approfondie“, a-t-il déclaré.

L’autorité sanitaire danoise a signalé qu’une personne dans le pays qui avait reçu le vaccin d’AstraZeneca est décédée à la suite de caillots sanguins. L’agence a également souligné qu’à l’heure actuelle, “il n’est pas possible de conclure s’il existe un lien” entre les deux événements. L’agence a également noté qu’à la lumière de ces rapports, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a lancé une enquête sur le vaccin d’AstraZeneca.

Auparavant, l’Autriche avait cessé d’utiliser un lot du vaccin d’AstraZeneca alors qu’elle enquêtait sur un décès dû à un trouble de la coagulation et à une embolie pulmonaire.

Une décision similaire a été prise par l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et le Luxembourg. L’Italie a également déclaré qu’elle allait suspendre l’utilisation du lot d’AstraZeneca qui a été utilisé en Autriche. L’Espagne, quant à elle, a annoncé qu’elle n’avait enregistré jusqu’à présent aucun cas de caillot sanguin lié au vaccin d’AstraZeneca et qu’elle continuerait à administrer le médicament.

Que dit l’EMA ?

Mercredi, l’Agence européenne des médicaments a déclaré que, jusqu’à présent, il n’existait pas de preuves liant le médicament d’AstraZeneca à un décès dû à un trouble de la coagulation et à une embolie pulmonaire signalés en Autriche chez des personnes vaccinées.

Selon l’EMA, le nombre d’événements thromboemboliques, marqués par la formation de caillots sanguins, chez les personnes ayant reçu le vaccin d’AstraZeneca n’est pas supérieur à celui observé dans la population générale.

L’organisme de réglementation a ajouté que 22 cas de tels événements ont été signalés parmi les 3 millions de personnes ayant reçu le vaccin au 9 mars.

Réponse d’AstraZeneca

AstraZeneca a déclaré jeudi que la sécurité de son vaccin avait fait l’objet d’études approfondies lors d’essais cliniques sur l’homme et que des données indépendantes évaluées par des pairs avaient confirmé que le médicament était généralement bien toléré.

Auparavant, le fabricant de médicaments avait déclaré que ses injections étaient soumises à des contrôles de qualité stricts et rigoureux et qu’aucun “événement indésirable grave associé au vaccin” n’avait été confirmé.

AstraZeneca a souligné qu’elle est en contact avec les autorités autrichiennes et qu’elle soutiendra pleinement leur enquête.