La première galerie exclusivement consacrée aux œuvres numériques au format NFT ouvre ses portes à New York

Une galerie consacrée exclusivement aux œuvres numériques échangées sous forme de jetons non fongibles, ou NFT, a ouvert ses portes à New York.

La Superchief Gallery a été présentée comme le premier espace d’exposition physique consacré à ces actifs virtuels, dont la valeur et la position dans le circuit artistique ne cessent de croître.

Les NFT ont attiré l’attention des collectionneurs, des critiques et des artistes qui a donné de la sécurité au concept puisqu’elle évite la falsification de l’œuvre. Dans ce contexte, la vente pour 69 millions de dollars de l’œuvre “Everyday : The First 500 Days“, du crypto-artiste Beeple, par la maison de vente aux enchères traditionnelle Christie’s, a entraîné un phénomène de marché qui en a fait l’œuvre numérique la plus chère de l’histoire.

La toute nouvelle galerie présente chaque œuvre sur un écran géant ou par projection et jusqu’au 25 mai, chaque jour exposera les œuvres de cinq artistes, avec une rotation quotidienne pendant 60 jours pour un total de 300 créateurs différents.

Chaque pièce exposée dans la galerie sera ensuite vendue aux enchères, a déclaré Ed Zipco, cofondateur et directeur des galeries Superchief, qui a expliqué qu’environ 70 % des artistes ne sont pas des créateurs numériques à l’origine, mais proviennent de disciplines telles que la sculpture et la photographie. “De plus en plus d’artistes connus des musées s’impliquent“.

Dans ce sens, le galeriste a évalué que “c’est tellement nouveau que c’est encore difficile à comprendre pour les gens” parce que “c’est de la technologie, donc il y a toujours un peu d’apprentissage, de pédagogie à faire (…) Mais bientôt cela deviendra quelque chose de totalement normal“.

Et si l’art numérique n’est pas une nouveauté de ces six derniers mois, l’émergence des NFT a rassuré les collectionneurs sur le risque de copie car le certificat avec lequel il est vendu est infalsifiable.